Argent Febelfin et Wordline contestent les risques de fraude soulevés par Test-Achats.

Acheter son journal ou son sandwich en mettant sa carte bancaire contre le terminal sans confirmation via son code secret comporte-t-il un risque de fraude ? Test-Achats a voulu tester la fiabilité de ce moyen de paiement en nette progression en Belgique. L’association de consommateurs a ainsi téléphoné dans une société qui loue des terminaux en disant qu’elle voulait organiser un événement privé avec des amis. La réponse : pas de problème, une association de fait qui organise un événement peut en louer ou même un particulier qui veut faire une brocante. Il suffit de donner une identité. Une fois le terminal acquis, elle a testé l’expérience en rue avec une carte munie d’une puce NFC qui permet un échange radio entre le moyen de paiement et le terminal. Et elle a réussi à transférer des sommes d’argent. CQFD ?

"Facile de tracer le voleur"

Du côté de Wordline, leader en Europe et en Belgique des terminaux de paiement, on réfute vigoureusement ce risque de fraude. "Ce type de fraude est théoriquement possible mais n’est pas facile. Le terminal doit se trouver à quelques centimètres de la carte et en plus il faut opérer une bonne manipulation. En pratique, ce genre de fraude ne se produit pas", explique la porte-parole Sarah Thomas. "C’est comme si, ajoute-t-elle, un voleur volait dans un portefeuille en y glissant sa carte de visite. Car, pour avoir un terminal, il faut décliner son identité. Il est donc très facile de tracer le voleur."

Dans un communiqué publié vendredi après-midi, Febelfin a aussi mis les points sur les "i". La fédération du secteur financier souligne n’avoir "pas connaissance du moindre cas de fraude telle que présentée par Test-Achats… Il n’est donc pas utile de mettre en doute une technologie dont les avantages sont clairement avérés. Au contraire, la technologie NFC offre une solution et une alternative conviviale par rapport aux paiements en espèces, notamment pour les petits montants."

"Pas un argument"

Une réaction qui ne convainc pas Test-Achats. "L’argument que ce n’est jamais arrivé n’est pas un argument", rétorque la porte-parole Julie Frère. Et de faire remarquer qu’une location de terminal peut se faire avec une identité usurpée ou l’utilisation d’une société fictive. "On soulève le problème de sécurité. On fait remarquer qu’une solution pas chère existe", poursuit Julie Frère, qui fait valoir que les pochettes protectrices coûtent à peine 2,5 euros. Test Achats "exige aussi que les banques offrent aux consommateurs gratuitement le choix d’une carte avec ou sans fonction NFC. Cette fonction devrait, à tout le moins, être ‘désactivable’auprès de chaque banque, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Cette possibilité de désactivation existe pour les smartphones".

A l’heure actuelle, les paiements sans contact représentent en Belgique un peu moins d’un pour cent du nombre total des transactions, mais sont en forte augmentation. De plus en plus de banques proposent une carte avec une puce NFC avec une limite par paiement de 25 euros.