A l'école de la piste...

Frédéric Herzeele Publié le - Mis à jour le

Auto-moto Le plus beau circuit du monde comme terrain d'apprentissage

SPA-FRANCORCHAMPS S'éclater sur le plus beau circuit du monde tout en perfectionnant son pilotage, c'est la formule que vous propose la Biker School. En ce jour de l'Ascension, la session de cours était organisée en parallèle du Suzuki Day et donc réservée aux possesseurs de Suzuki. L'occasion de faire d'une pierre deux coups et de tester la nouvelle GSX-R 600. (ci-dessous).

Arrivés au circuit vers 8h30, nous devons d'abord satisfaire aux formalités administratives avant de nous voir attribuer un numéro et une chasuble à la couleur de notre groupe. Il est l'heure de rejoindre notre classe, installée dans un box du paddock F 1. C'est Richard Hubin, ex-pilote officiel Suzuki en endurance, qui sera notre professeur d'un jour. D'emblée le ton est donné : « le but de la journée n'est pas de faire tomber les chronos mais bien de trouver le bon rythme, le bon tempo». La journée sera modulée par une alternance de modules théoriques et pratiques. Avec pour commencer un passage en revue des différentes parties du circuit. Schémas à l'appui, chaque virage est disséqué, analysé, expliqué. Une heure plus tard nous voilà en piste. Une demi-heure durant nous bouclerons des tours à allure réduite derrière notre mentor pour bien assimiler les trajectoires. Point de déclenchement, point de corde,... Pour nous aider à prendre nos repères, des cônes ont été installés en bordure de piste.

Vidéo et télémétrie

Retour au stand pour une nouvelle séance théorique avec cette fois l'aide de la vidéo. A nouveau chacune des difficultés est passée au crible avant de retourner sur le circuit. Cette fois la séance est libre. L'occasion pour notre moniteur de se coller dans notre roue, histoire de déceler nos points faibles. Le Raidillon, les Combes, Bruxelles, le double gauche, Stavelot, les virages s'enchaînent et le rythme augmente en même temps que la confiance. Les yeux scrutant les cônes comme autant de notes sur une partition. La séance se termine et il est déjà l'heure de ravitailler les machines et les hommes. L'après-midi c'est la télémétrie (vitesse de passage, rapport engagé, ouverture des gaz) et une visite des difficultés du circuit en shuttle qui serviront d'outils didactiques. Deux nouveaux runs permettront encore de mettre tous les conseils en pratique. Les tours s'enchaînent sous un soleil généreux. Il est près de 18h lorsque nous rangeons nos motos dans les stands. Le large sourire accroché sur la plupart des visages en dit long. Nous avons appris de nombreux petits trucs, utiles aussi sur route, découverts nos limites et approchés celles de nos machines. Et ce sans mettre notre permis et notre vie en danger même si le risque zéro n'existe pas dans les sports moteurs.

© La Dernière Heure 2004

Frédéric Herzeele