Auto-moto Avec son 3.0 TDI 313 ch, c’est sur le bitume qu’elle impressionne

AUDI STUTTGART Chez nous, en 2010, l’Audi A6 Allroad s’était vendue à 150 exemplaires. L’an dernier, ce chiffre atteignait à peine la barre des 80 unités. Une dégringolade qui pouvait s’expliquer par l’arrivée, début 2012, de la 3e génération. Et de fait, alors qu’elle vient à peine de trouver place dans nos show-rooms, l’A6 Allroad, une A6 Avant dotée d’une transmission intégrale quattro, a déjà trouvé 85 acquéreurs. Certes, ces chiffres n’ont pas de quoi affoler les compteurs, mais c’est vrai que ce type de véhicule n’intéresse qu’une frange assez limitée d’utilisateurs. “Une clientèle comparable à celle de l’A8”, dit-on chez Audi. Question tarif, on aura déjà compris ! Chez Audi, seuls les breaks A4 et A6 se déclinent en version tout chemin, c’est-à-dire en Allroad. De plus, il n’y a que l’A6 Avant qui se dote d’une suspension pneumatique lui permettant de relever de 60 mm sa hauteur de caisse. Un système de conduite à la carte qui gomme à la perfection les inégalités du revêtement routier. D’où un confort princier pour le conducteur et ses passagers. D’autant que bruits aérodynamiques et de roulement sont superbement maîtrisés.

En fait, dans l’habitacle, suite à une fonction paramétrable offrant la possibilité de modifier la sonorité de l’échappement, seul le feulement des puissants V6 se fait entendre lors des accélérations. Un régal pour l’oreille. Côté design, guère de modifications d’importance par rapport à l’A6 Avant dont le style, à caractère sportif, est généralement préféré à celui de la berline. On pointera des ailes élargies, des protections supplémentaires pour les bas de caisse et une ligne d’échappement se terminant par deux embouts en forme de demi-cercle.

Au-delà, passages de roue, pare-chocs et bas de caisse sont peints d’une couleur différente de celle de la carrosserie. Quatre moteurs 3.0 litres V6 sont au programme de ce tout chemin. Un essence TFSI de 310 ch (206g/CO2) et trois diesels proposant respectivement 204 (159g/CO2), 245 (165g/CO2) et 313 ch (176g/CO2). Nouvelle déclinaison du 3.0 TDI V6, le biturbo de 313 ch transfère sa puissance aux quatre roues via une transmission tiptronic à 8 rapports. Avec cette boîte douce et rapide, et son couple de 650 Nm dès 1450 tr/min, ce moteur s’impose comme une petite merveille en matière d’agrément de conduite. D’autant que grâce à la transmission quattro, sa motricité n’est jamais prise en défaut. Petit problème toutefois, vu le poids (± 2 T), le freinage manque de mordant. Quant aux trois autres moteurs, ils sont accouplés à la boîte sportive S tronic à double embrayage et 7 rapports.

En tout chemin, cette dévoreuse de bitume se contentera de franchir de grosses ornières et d’immenses flaques d’eau. Par contre, sur neige et verglas, on peut lui faire pleinement confiance. Pour ce qui est de sa dotation, du style nec plus ultra, elle passe très souvent par la case option. D

© La Dernière Heure 2012