Auto-moto Le coupé GT symbolise l'indépendance retrouvée

MONTE-CARLO Désormais, Alfa Romeo constitue une entité à part au sein du groupe Fiat. Pour fêter cette situation finalement logique, la marque sportive italienne lance un tout nouveau coupé. Un événement puisqu'elle ne l'avait plus fait depuis près de quinze ans, avec la GTV.

Précisons toutefois que la GT ne remplace pas la GTV. Elle arrive en complément de cette dernière, en se positionnant différemment. Si la GTV est plutôt du genre coupé pur et dur à tendance sportive, la GT, elle, se veut plus... familiale. D'après Alfa, elle peut accueillir quatre adultes confortablement et offre des qualités pratiques généralement réservées aux berlines, voire aux breaks.

Il convient toutefois de nuancer: s'il est vrai que la GT peut convenir à une famille avec deux enfants, il faut toutefois relativiser l'espace à l'arrière, qui ne conviendra pas aux plus d'un mètre quatre-vingt, en raison d'un manque de garde au toit. En revanche, la GT est homologuée pour 5 personnes, ce qui est rare dans la catégorie. Elle s'attaque ainsi directement à la BMW Série 3 Coupé, sa cible désignée.

Confortable et luxueuse

Etonnant aussi: le coffre de 320 litres, soit quasiment l'équivalent de celui de la nouvelle Golf. De plus, les sièges arrière sont facilement rabattables. De quoi transformer la GT en mini-break. Pas mal avec des lignes aussi élégantes, dues au coup de crayon de Bertone! A noter que la carrosserie de la GT ne partage aucun élément avec la 156 récemment restylée par Giugiaro, malgré un air de famille évident. Les connaisseurs trouveront également des ressemblances (voulues) avec le coupé Giulia Sprint GT de 1963. En tous cas, cette nouvelle Alfa est une incontestable réussite esthétique.

L'habitacle aussi est très élégant, surtout dans sa version la plus luxueuse, avec un meuble de bord entièrement recouvert de cuir. Les autres versions sont également bien finies et l'ambiance typiquement Alfa. Une grande impression d'espace caractérise les places avant, alors que l'accès à l'arrière est relativement aisé.

Un diesel très agréable

Nous avons débuté notre prise en main par une version haut de gamme, 3,2 V 6 de 240 ch. Un régal pour les sens, avec une sonorité en rapport avec les performances exceptionnelles de cette voiture se révélant aussi souple que puissante. Les grandes roues lui confèrent un comportement routier très efficaces mais engendrent quelques réactions dans les suspensions lorsque la route n'est pas lisse. Nous préférons donc le compromis offert par les autres versions (roues de 17 pouces), à commencer par la 1.9 JTD.

La GT sera en effet directement proposée avec ce moteur, poussé pour l'occasion à 150 ch au lieu de 140 dans la 156. Encore plus de puissance, donc, mais pas moins de souplesse, les reprises étant impressionnantes dès les plus bas régimes.

De quoi nous faire préférer cette JTD (très bien insonorisée) à la JTS 2 litres essence 165 ch, agréable mais offrant de moins bonnes reprises. Ces deux versions possèdent en revanche un excellent compromis confort-tenue de route, avec un comportement routier très agréable et des suspensions qui plairont même aux moins sportifs. Le châssis de la 156, déjà pas mal à la base, est donc encore plus convaincant sur la GT.

Pourtant, le prix de cette dernière s'annonce compétitif: à peine 5% de plus que la 156 Sportwagon, à équipement et motorisation égale. Cela devrait mettre la GT la moins chère à 25.000€ lorsqu'elle sera disponible avec le petit moteur 1.8 Twin Spark. Une offre très alléchante, qui devrait permettre à ce coupé de concurrencer sérieusement la BMW Série 3 deux portes et la future Audi A 4 coupé, annoncée pour 2004.

© La Dernière Heure 2003