Audi A3: l’invasion technologique

Charles Demoulin Publié le - Mis à jour le

Auto-moto

Arrivée à maturité, l’A3 devient la compacte la mieux finie du marché

PORT DE SOLLER Apparue en 2003, redessinée en 2008, l’A3 de la 3e génération s’analyse de l’intérieur. Tant il est vrai que sa robe, sobre et intemporelle, n’a guère subi de modifications notables par rapport à celle de sa devancière. Pourquoi changer un style qui plaît et qui attire l’acheteur ? Dès lors, on parlera d’un rééquilibrage des proportions, d’un aérodynamisme mieux pensé et de feux avant et arrière comparables à ceux de l’A1.

En fait une A3 un rien plus râblée reposant sur une toute nouvelle plateforme. Celle qui servira notamment à la Golf 7e du nom dont la production va bientôt commencer.

C’est donc à la fois dans l’habitacle, sous le capot, mais peut-être et surtout au niveau de l’utilisation de technologies de pointe, qu’il faut aller chercher les innovations présentes sur cette nouvelle version déclinée en 3 portes. Une déclinaison qui exigera une certaine souplesse de la part des occupants prenant place à l’arrière.

Mais que les familles se rassurent, la variante 5 portes, la Sportback, arrivera vite sur le marché. En prenant place derrière le volant, on s’aperçoit que la finition, déjà louée sur l’ancien modèle, progresse encore d’un cran. Il en va de même pour le confort avec, pour exemples, un excellent filtrage des défauts du revêtement routier ou un galbe des sièges offrant un excellent soutien dorsal.

Raffinement novateur, en tirant sur le bouton afférent aux ouies d’aération, le flux d’air peut être dirigé de façon très ciblée ou de manière périphérique. Autre point d’agrément de confort, et qu’importe la motorisation, une insonorisation superbement maîtrisée. À propos des trois moteurs disponibles lors du lancement prévu mi-septembre, les 1.4 et 1.8 TFSI essence, ainsi que le 2.0 diesel TDI, on épinglera qu’ils gagnent 12 % en matière de sobriété et qu’ils sont pourvus du stop&start .

Pour être complet, dès décembre, un 1.6 TDI de 105 ch (3,8 l/100 km et 99g/CO2 ) s’ajoutera à la proposition de cette A3 déclinée actuellement en trois degrés de finition.

Mais la vraie nouveauté, c’est l’ouverture sur le monde que propose, sous forme d’options évidemment, cette nouvelle venue. Une véritable station multimédia faite pour plaire aux accros de l’informatique.

Avec le système de communication Audi Connect, l’interactivité et la connectivité avec Internet seront omniprésentes. Quant au deuxième niveau de finition (Ambition), il se voit doté de l’Audi Drive Select qui permet au conducteur d’adapter moteur, boîte de vitesses, direction et amortissement à ses préférences personnelles. Au-delà, on découvre dans la longue liste d’options : le stationnement automatisé, le système anti-angle mort, le détecteur de fatigue, le freinage d’urgence automatique pour la ville, le régulateur de vitesse, la transmission intégrale… Bref, un catalogue plus qu’épais.

Côté tenue de route, cette Audi est aussi saine et aussi sécurisante que ses aînées.



© La Dernière Heure 2012
Publicité clickBoxBanner