Auto-moto La nouvelle Série 5 et ses assistances électroniques à l'essai

OLBIA Avec sa dernière Série7, BMW nous avait déjà présenté une voiture ultra-assistée, gommant littéralement la route. Et voilà qu'au- jourd'hui, le constructeur allemand remet cela avec sa Série 5. Les exemplaires que nous avons pu essayer sur les petites routes sardes étaient équipés de tout un attirail d'aides électroniques (Active Steering, Dynamic Drive, sans oublier les traditionnels ABS, EBD, DSC et autre DTC...) qui ont pour conséquence de filtrer les informations transmises par la route au conducteur. Sans doute notre impression aurait-elle été différente si nous avions essayé des versions de base, dépourvues des deux premiers systèmes cités, mais c'était impossible. BMW entend, en effet, faire une véritable démonstration de son avancée technologique avec cette voiture. La nouvelle Série 5 vous conduit plus qu'elle ne vous laisse la conduire, ce qui va évidemment dans le sens de l'histoire.

Bientôt, nous nous installerons dans notre voiture, nous lui dirons où nous voulons aller et nous pourrons dormir pendant le trajet. Plus de stress... Une vision idéale à laquelle BMW participe... activement. Quelques irréductibles passionnés regrettent toutefois la direction prise par la marque. Espérons simplement pour elle qu'en perdant une partie de son identité et en fabriquant des voitures faisant de plus en plus penser à des Mercedes (nous ne parlons pas de look), elle ne perde pas trop de clients. Mais le risque est faible. D'une part, parce que, comme nous l'avons dit, BMW suit la tendance actuelle qui veut que le conducteur soit assisté de tous côtés; d'autre part, parce que la nouvelle Série 5 est objectivement meilleure que l'ancienne.

Plus habitable

En fait, le principal progrès enregistré par cette cinquième génération de BMW 5 par rapport à la précédente est l'augmentation de son habitabilité arrière. Désormais, la routière de Munich offre quatre vraies grandes places. A l'avant, on apprécie toujours autant la position de conduite mais un peu moins l'aspect massif du meuble de bord. Et ce n'est qu'un exemple parmi bien d'autres!

Bien sûr, quand la voiture roulera toute seule, ce ne sera plus un problème... mais l'i-Drive arrive donc plusieurs générations trop tôt! En revanche, la possibilité de lire les informations du tableau de bord sur le pare-brise via un système de rétroprojection nous semble bien plus intéressante sur le plan de la sécurité. Il s'agit d'une option qui existait déjà sur la Chevrolet Corvette.

Pour le reste, il nous faut souligner le confort amélioré, à la Mercedes, de la nouvelle Série 5, ainsi que ses excellents moteurs 3 litres 6 cylindres (essence 231ch ou diesel 211ch), mariés à une bonne boîte automatique six rapports en option. Le turbodiesel sera logiquement le plus demandé, en attendant les 520d et 525d, prévus pour le printemps prochain seulement. Un 2,2 litres essence 163 ch est également proposé dès le lancement. Ce modèle de base est vendu 36.750 €.