Auto-moto Acharné, l'ancien coureur a enchaîné les tours sur le tracé limbourgeois


Il était là tôt ce mercredi matin. Motivé comme lors de ses plus beaux succès à vélo, mais cette fois sur 4 roues. "Et c'est quand même autre chose," nous confiait Tom, qui, on l'oublie souvent, à en poche un diplôme de mécanicien auto. "J'ai toujours été passionné de voitures, et de course de voitures, poursuivait-il dans l'intimité des pits. " Enfant et ados, j'allais très souvent voir les courses à Zolder mais aussi à Francorchamps."
© D.R.


Hier, alors qu'il n'y avait que quelques autos sur la piste, Tom a enchaîné les tours, en compagnie de Bert Longin d'abord, seul ensuite. Il semblait ne pas vouloir s'arrêter et, dans les stands, les membres du VW club se demandaient, un peu anxieux, s'il n'allait pas tomber en panne d'essence quelque part sur le circuit."
C'est tout dire sur la motivation du Limbourgeois.
© D.R.


En tant qu'ancien journaliste cycliste, nous l'avons cotoyé régulièrement quasiment pendant toute sa carrière, dans les classiques comme au Tour de France. C'était donc un moment privilégié de pouvoir le revoir dans un contexte différent. "Je suis vraiment relax maitenant, nous disait-il en sortant enfin de la voiture. Je ne fais plus que des choses qui me plaisent à présent, des activités qui me procurent du plaisir."
© D.R.


Comme celle de consultant cycliste pour la Télé flamande lors du prochain Halle-Ingooigem? Une nouvelle carrière? "Oh non, pas du tout. J'ai accepté de le faire une fois, comme ça, parce qu'on me l'a gentiment demandé. Ce sera peut-être une ou deux fois par an, pas plus."

Mais dans les activités qui sont les siennes aujourd'hui, il y en a une qu'il préfère par-dessus toutes: celle d'être papa au jour le jour pour ses deux filles Valentine et Jacqueline: "ça c'est vraiment top, dit-il avec un sourire qui éclaire immédiatement son visage. Je m'arrange toujours pour être avec elle le matin et le soir. Et je dois dire qu'elles se sont vite habituées à me voir tous les jours, au point qu'elles s'étonnent quand, une fois, je ne suis pas là au lever ou au coucher. Elles ont deux ans et demi maintenant et vont entrer à l'école maternelle en septembre prochain; je ne louperai cette rentrée scolaire pour rien au monde."

Pour revenir à la voiture et cette licence, théorique et pratique, à passer ce jour, à Zolder, l'ancien coureur n'était pas stressé le moins du monde. "C'est quelque chose que j'ai en moi au fond. Bien sûr, c'est très différent d'évoluer sur 2 ou 4 roues, avec ou sans moteur. Il y a des réflexes à apprendre, comme rouler en peloton en auto, d'autres qui sont là, comme le fait de négocier un virage en prenant la bonne trajectoire. Mais je n'ai jamais peur en voiture. Je trouve que le vélo (en descente notamment dans les grands cols) est beaucoup plus dangereux. j'ai vraiment hâte de faire ses 25 heures Fun Cup et de voir de quoi je suis capable."
© D.R.


Bert Longin et Anthony Kumpen,a vec lesquels il fera équipe (en plus du journaliste de la VRT Ruben Van Gucht) ont tout de suite répéré le potentiel de ce nouveau venu puisqu'ils parlent tous deux d'une place possible dans le top 10. On verra à l'autopsie. mais si Boonen fera le mieux possible, il ne se mettra pas de pression pour autant. "Ce temps-là est révolu, dit-il. Je veux juste bien m'amuser... en faisant de mon mieux."
© D.R.


Il restera toujours un compétiteur dans l'âme...
Ne manquez pas le reportage complet de la rédaction sportive dans le journal de ce jeudi 8 juin sur cette journée hors du commun!