Auto-moto

Le 97e Brussels Motor Show est plus que jamais un événement national…  et familial.

Normalement, les années impaires sont celles du "petit salon", celui des utilitaires, mais il y a bien longtemps que cette appellation ne tient plus la route. Si les utilitaires seront bien présents (avec par exemple un palais 12 consacré aux équipementiers et à la transformation des véhicules à des fins professionnelles), le spectateur, lui, ne verra quasi pas la différence par rapport à un "grand salon".

Certes, comme c’est devenu une tradition une année sur deux, un palais sera dédié aux voitures de rêve, mais, à la différence des éditions précédentes, ces Dream Cars seront visibles (moyennant un supplément de 5 euros) pendant toute la durée de l’événement.

On le sait, au moment où la plupart des organisations du genre éprouvent des difficultés à réunir les constructeurs, le salon du Heysel, lui, demeure une valeur sûre. C’est simple, toutes les marques veulent être de la fête. Parce que Bruxelles est un salon où l’on vend, parce que les constructeurs y réalisent tout simplement entre 20 et 30 % de leur chiffre de l’année, l’expo auto de la capitale de l’Europe est devenue incontournable.

Incontournable également parce que les organisateurs font tout, depuis de nombreuses années, pour en faire une fête familiale, plus que jamais basée sur la mobilité.

Si 40 % des visiteurs y viennent avec l’intention ferme d’acheter une voiture dans les 12 mois qui suivent, les 60 % restants y passent plus d’une demi-journée et s’y donnent rendez-vous pour passer un bon moment en famille ou entre amis.

Des exhibitions (un Crazy Show 3 fois par jour au palais 12), des activités pour les enfants (La Schtroumpf Expérience au palais 2), une piste d’essai pour la mobilité alternative, un stand Spécial Grand Départ du Tour de France (où, au palais 3, le roi Eddy en personne viendra signer des autographes), des étoilés Michelin pour préparer des repas de fête, il y aura beaucoup de choses à faire entre le 18 et le 27 janvier prochain. Même si, bien entendu, l’auto demeurera le fil rouge incontesté, avec 5 premières mondiales, 3 européennes et 50 premières belges ! Un salon qui se veut aussi ouvert à la mobilité dans son ensemble, une sorte de porte ouverte vers le futur, notre futur mobile. Et sur salon.be, vous achèterez vos billets 10 % moins cher (13,50 euros au lieu de 15). Bon à savoir !