Auto-moto

Le nouveau cycle WLTP, plus réaliste et exigeant, oblige les constructeurs à des adaptations mal anticipées

C’est l’hécatombe. BMW M3 ou M5, Peugeot 308 GTI, Seat Leon Cupra, Audi SQ5, Golf R et désormais Golf GTI, DS3 performance, Porsche Cayenne et Panamera, et on en passe. Tous ces modèles d’automobiles à l’ADN sportif sont profondément touchés par la nouvelle norme qui régit le secteur.

Nettement plus strict que le NEDC en vigueur, le cycle WLTP, qui entre dans une nouvelle phase dès ce 1er septembre 2018, est en train de donner cours à un écrémage collatéral dans l’offre de véhicules sportifs proposés avec des moteurs essence à injection directe. Un mal pour un bien : le WLTP contraindra, enfin, les constructeurs à communiquer des émissions et une consommation nettement plus en phase avec la réalité.

(...)