Auto-moto La firme a ouvert un laboratoire dédié à la recherche et au développement afin d’identifier les besoins et les usages de demain en termes de services au conducteur

On assimile trop souvent (ou trop systématiquement) Coyote à la simple détection des radars, fonction certes utlle au consommateur (d'autant que radars et caméras se multiplient sur nos routes, en ville et en dehors), mais qui tend à être de plus en plus dans le collimateur des autorités. Comme vous pouvez le lire par ailleurs sur notre site, la Suisse est l'un des pays les plus stricts dans l'application de l'interdiction totale de système de détection radar, avec de grosses amendes à la clé.

En France, interdiction dans certains cas


Même la France envisage de limiter ces services d'aide au conducteur dans des cas bien précis. Au nom, en effet, de la lutte anti-terroriste, le ministère de l'Intérieur veut se donner la possibilité de couper, dans certains cas et de manière provisoire, ces aides à la conduite. Le but étant de rendre invisibles les forces de l'ordre sur ces applications en cas d'urgence.
Ce ministère a entamé des travaux, associant notamment les principaux fabricants de ces applications (Coyote mais aussi Tom-Tom et Waze), afin de mettre en place un système qui permette de rendre invisibles les forces de l’ordre, à leur demande, lors de certains contrôles sensibles.

Bref, il n'est pas impossible de penser que ces systèmes bien précis de détection de radars soient à l'avenir de plus en plus limités, voire interdits.
Chez Coyote, on prend visiblement les devants. La firme vient de fait de créer un Coyote Lab, laboratoire dédié à la recherche et au développement de nouveaux, produits et services. Ses recherches auront pour but de répondre aux besoins et usages de demain dans le domaine de la sécurité routière.

Par ailleurs, cette ouverture du laboratoire canadien permet à Coyote de s’implanter sur le continent Nord Américain, et d'ainsi profiter de la capacité d’innovation de ce marché. Cette vision globale devrait en outre offrir une réelle synergie entre l’Europe et l’Amérique.

Situé à Québec, le Coyote Lab a conclu un partenariat avec l’université de Laval, réputée pour son expertise en big data, afin de "découvrir les services de demain et ainsi améliorer l’expérience client au volant," selon les termes mêmes utilisés par la firme.

Une évolution nécessaire, selon nous, à la viabilité même de cette société, dans un paysage mobile où les interdictions vont sans doute se multiplier dans les années à venir...