Auto-moto La Citroën Cactus change de look, s’embourgeoise pour remplacer l’actuelle C4. La BMW X2 plus sportive que l’X1

Il faut appeler un chat un chat. La Cactus lancée voici un peu plus de 3 ans n’a pas connu le succès escompté. Comme souvent lorsque l’originalité est trop grande. En gros, on la trouve sympa, mais on ne l’achète pas. Ou peu donc..

En conséquence, la marque au double chevron aurait pu décider d’oublier ce modèle, elle a préféré l’embourgeoiser pour lancer une vraie berline du segment C, la New C4 Cactus (4,17 m de long), qui aura la lourde tâche d’assurer la transition avec la nouvelle génération de C4 (la 3e) qui ne devrait pas apparaître avant un certain temps (3 ans ?).

© D.R.

Lourde tâche parce que la concurrence a entre-temps aiguisé ses armes (les toutes nouvelles Hyundai Kona, Kia Stonic et autre Seat Arona arrivent sur le marché); elle pourrait même venir de modèles au sein de la marque, puisque la C3 Aircross, par exemple, a reçu un accueil plutôt chaleureux depuis ses débuts.

Mais ne voyons pas les choses négativement, cette nouvelle C4 Cactus représente une vraie montée en gamme.

© D.R.

Certes, elle est moins excentrique que sa devancière.. Elle a perdu de son piquant vu que les airbumps, qui avaient fait son originalité, ont disparu à l’arrière et ont été réduits à leur plus simple expression sur les flancs.

© D.R.

La face avant a été complètement redessinée et arbore désormais le look typique des autres modèles de la marque. L’arrière aussi a été légèrement modifié pour intégrer notamment des feux LED plus imposants.

© D.R.

© D.R.
Personnalisable à souhait comme le veut la tendance (31 combinaisons de couleurs extérieures et 5 ambiances intérieures !), cette C4 Cactus se veut technologiquement avancée, bien connectée et, surtout, archiconfortable, grâce à des suspensions à Butées Hydrauliques Progressives,censées filtrer les irrégularités de la chaussée en donnant l’impression de voyager à bord d’un tapis volant. On verra à l’autopsie.
© D.R.

Pratiquement, rien n’a encore filtré quant aux motorisations, sinon que leur puissance peut aller jusqu’à 130 ch. Et le prix demeure un mystère…

La BMW X2 plus sportive que l’X1

© D.R.
Il est 8 cm plus court et moins haut que l’X1, dont il reprend la base technique. Par contre, les deux modèles sont d’une égale largeur et d’un empattement identique. D’autre part, il dépasse de 3 cm en longueur et de 11 cm en hauteur la Série 1. Vous suivez toujours ?

Les voies du marketing des constructeurs sont parfois impénétrables. Ainsi, si l’X2 est bien le plus petit baroudeur du label munichois, il n’est en rien un SUV Coupé comme son appellation au chiffre pair pourrait le laisser supposer (voyez les X4 et 6). Alors, c’est quoi, cet engin au regard froncé et au look plutôt agressif ?

Disons que la dénomination qui lui ira le mieux est celle de SUV Compact Premium à vocation sportive (pour contrer les Audi Q3, Mercedes GLE et autre Range Rover Evoque). D’ailleurs, les premiers modèles dévoilés sont équipés de motorisations développant un minimum de 192 ch (pour les S-Drive 20i et X-Drive 20d), voire 232 ch pour la X-Drive 25d.

.

© D.R.
L’X2 peut être équipé d’une suspension dynamique qui l’abaisse d’une dizaine de millimètres. Il devrait rapidement descendre en gamme, avec un essence sDrive 18i de 140 ch et un diesel 18d de 150 ch, doté d’une transmission sur deux ou quatre roues motrices. Les petits sDrive ont en série une boîte manuelle.

Le coffre offre une capacité de 470 litres (35 l de moins que l’X1), ce qui est raisonnable pour sa catégorie.

La dotation de l’X2 est tout à fait classique, avec des aides et systèmes bien connus de nos jours. Côté multimédia, les écrans vont de 6,5 à 8,8 pouces. En option, on peut choisir les commandes vocales, la compatibilité Apple Car Play et une éventuelle borne Wifi. L’affichage tête-haute est disponible, tout comme une aide au parking. Côté sécurité, l’X2 dispose d’un régulateur de vitesse et de distance, d’une aide au maintien dans la file, d’un freinage automatique d’urgence avec détection des piétons et d’une fonction de semi-autonomie dans les embouteillages

© D.R.

La commercialisation de cette nouvelle voiture débutera fin janvier de l’année prochaine. Les prix belges n’ont pas encore été dévoilés, mais on peut espérer qu’ils ne soient pas trop éloignés de ceux de l’X1 (30.600 € en base). Encore que…

© D.R.