Auto-moto L'offre et la technologie embarquée ne cessent de s'accroître

BRUXELLES Ces dernières semaines, les différents salons ont accouché d'un nombre assez impressionnant de nouveautés en matière de deux roues.

Nous en avions fait le détail, côté motos, dans nos éditions du 9 octobre dernier, évoquant brièvement les scooters sur lesquels nous revenons cette fois plus en profondeur. Un marché qui, au niveau européen, séduit un nombre toujours croissant d'amateurs.

Le scoot, c'est tantôt fun, tantôt pratique, tantôt économique. Parfois les trois en même temps... Mais s'il est une constante toutes marques confondues, c'est bien celle des maxi scooters qui s'apparentent de plus en plus à de véritables motos. Précurseur avec son 400 Burgman, Suzuki avait déjà rejoint la catégorie des plus de 500cc avec son 650 Burgman (55ch, 244kg, 9.500€), disponible à présent en version Executive... grand luxe (dossier passager, ABS, rétros repliables...).

La concurrence, elle, semble plutôt s'orienter vers le sport, emboîtant le pas au célèbre Yamaha T Max 500 (44ch, 197kg, 8.500€) qui vient d'être revu (+4ch, double disque, injection...) non pas pour contrer son nouveau petit frère, le Majesty 400 (32ch, 190kg, 6.500€) mais pour résister (en attendant une version 750?) à une rude concurrence: Gilera Nexus 500 (40ch, 195kg, 6.500€), Piaggio X 9, cousin du précédent à qui il prête son monocylindre, lequel est amélioré au niveau du freinage (ABS et amplificateur) et complété par un X 8 de 125 à 200cc, Malaguti Spidermax 500 qui oscille entre sport et GT (roues de 16', cadre alu), à l'exotique Kymco Xciting 500 (43ch, 200kg, 5.500€) ou encore, sans doute, à l'Aprilia Leonardo 500... deux temps qui paraît être davantage qu'un simple proto de salon... comme les déraisonnables Honda Griffon 750 ou Suzuki G-Strider 916 présentés au Japon.

Ludix modulable à volonté

Une catégorie Maxi-scooters que Peugeot devrait enfin bientôt rejoindre via son Satelis 600 empruntant le twin du Honda Silver Wing. Un haut de gamme annoncé pour... 2005 qui partagera son châssis avec la version 125 à compresseur. C'est son conducteur qui sera flatté et, par ailleurs, privilégié aux niveaux stabilité et coffre de rangement. Mais, à l'autre bout de sa gamme, le constructeur français a aussi dévoilé le Ludix, un authentique scooter basique dont la version 50cc d'accès restera sous la barre des 1.000€ mais qui est aussi disponible en de multiples variantes (moteur à air ou liquide de 50 à 125cc, petites ou grandes roues, carrosserie interchangeable...). De quoi contenter un maximum de monde.

© La Dernière Heure 2003