Auto-moto Tel est le constat posé par Test-Achats pour près d’une auto du groupe VW sur deux reprogrammées. VW dément.

C’était il y a vingt-sept mois déjà. En septembre 2015, le séisme Dieselgate fissurait le sol de l’industrie automobile comme jamais auparavant. Le scandale, révélé par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA), est de taille : le groupe Volkswagen a pipé les résultats d’émissions polluantes (CO2 et NOX, les fameux oxydes d’azote) sur onze millions de ses voitures écoulées dans le monde. Trente-deux modèles, essentiellement motorisés par un bloc diesel, de marque VW, Audi, Seat et Skoda sont concernés. Et, selon D’Ieteren, importateur du groupe VW en Belgique, 275.000 autos belges , bien plus polluantes, donc, qu’annoncé.