Ducati nous offre un trail très sportif

Frédéric Herzeele Publié le - Mis à jour le

Auto-moto Première prise en main de la Multistrada lors du Ducati Day

FRANCORCHAMPS Comme le veut désormais la tradition, les possesseurs de Ducati sont invités un jour par an à Francorchamps pour tester leur machine. Profitant de l'occasion, nous avons pu prendre en main pour la première fois la nouvelle Multistrada.

Trail sportif, la Multistrada se veut la Ducati de tous les jours sans pour autant faire de concessions au triangle magique design, sportivité et passion qui guide les créations de Bologne. «Sans oublier le confort», précise immédiatement Pierre Terblanche, le responsable du design Ducati. La question du design faisant la part belle à la subjectivité, attardons-nous plutôt sur les autres aspects. Tradition oblige, c'est un cadre treillis composé de tubes d'acier soudés qui accueille un L-twin revu et corrigé cubant désormais 992 cc. Dotée d'un monobras oscillant, d'un amortisseur Showa et d'une fourche inversée réglable mais aussi de jantes ultralégères et d'étriers de freins Brembo ORO commandés par des durites aviation, son équipement est digne d'une supersport.

Lorsqu'on s'installe à son guidon, plat, on retrouve la position familière du trail, à savoir le buste droit, les bras quasi tendus, les pieds reposant bas. La hauteur de selle de 820 mm demande un peu d'attention à l'arrêt. Le moteur s'ébroue, les vibrations sont bien contenues et un grondement typique s'échappe de la double sortie ronde insérée sous la selle.

Le feu passe au vert. Un premier tour de chauffe sur une piste s'asséchant en ce lendemain de lundi de Pâques nous permet de faire connaissance avec l'engin. D'emblée, on se sent en confiance tant le comportement est neutre. Assis (trop) fermement sur la selle en deux parties, le contrôle de l'engin est aisé. Alors que les tours s'enchaînent, les aptitudes routières se révèlent tout bonnement excellentes. La direction vive et précise permet des enchaînements rapides tandis que le freinage semble infatigable. Son poids plume rend le moteur véritablement bluffant tant en accélérations qu'en reprises. Cela pousse fort. En sortant la grosse attaque dans les parties sinueuses, la plaque protectrice du coude d'échappement vient nous rappeler à l'ordre dans une gerbe d'étincelles. Drapeau rouge, la séance se termine et c'est enthousiaste que nous ramenons la Multistrada au stand. Un premier test réussi qui demande confirmation en utilisation quotidienne.
Frédéric Herzeele