Auto-moto

Elle est la première marque automobile chinoise à s’être démenée au point de rafler les cinq étoiles lors des crash-tests d’Euro NCap. Un succès retentissant, du jamais-vu, qui fait s’approcher un peu plus la Qoros du rude marché auto européen.

Une véritable prouesse pour cette entreprise sino-israélienne puisqu’elle est apparue en décembre 2007. À peine huit ans plus tard, voici venue toute une gamme de véhicules particuliers prêts à investir l’Occident.

Qoros y est en fait déjà. Aucune voiture n’use la gomme de ses pneus sur le bitume du Vieux Continent mais la boutique fait acte de présence. Aux 22 concessions situées en Chine s’ajoute celle d’où partira le mouvement, sise en Slovaquie.

"Nous avons choisi la Slovaquie parce que c’est un marché mature en termes de culture automobile et qui offre un fort potentiel de développement", disait il y a un peu plus d’un an Cristiano Carlutti, responsable du développement de Qoros en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique.

Tout un programme, ambitieux certes, sans pour autant ressembler à une invasion. Qoros, avec sa gamme, vendra ses premiers modèles en 2015. La société chinoise escompte en écouler 30.000 la première année. Autant dire très peu.

Cependant, de chinoise, cette voiture n’en a que la nationalité. Derrière le design des modèles à venir (la berline Qoros 3, Sedan ou Hatch pour les compactes), la direction, les concepteurs… proviennent de marques européennes. Avec leur savoir-faire et leur expérience, ils ne révolutionnent pas l’automobile occidentale, mais apportent le haut degré de finition et le goût en Chine, où elle est aussi, voire plus encore, méconnue que dans nos contrées.

Ce qui n’empêche en rien de faire des économies d’échelle. À qualité - sur papier et à l’essai - égale, la Qoros 3 coûte deux fois moins cher à produire. Et les idées ne manquent pas pour développer la gamme (avec un diesel notamment).

Un tout à la qualité dont la facture ne placera pas la Qoros 3 dans la catégorie low cost. Avec environ 18.000 € pour la berline compacte, la Chine n’envahit pas, elle investit dans sa propre éclosion sans égard pour les frontières.