Auto-moto Deux chevaux pour… 2 chevaux-vapeur, mais savez-vous d’où vient cette expression ? Ne ratez pas l’exposition organisée au Cinquantenaire à partir du 31 mars prochain !

© D.R.
Allez, une fois n’est pas coutume, on commence par un petit cours de (pseudo-) mécanique. Savez-vous pourquoi, encore aujourd’hui, on exprime la puissance d’un véhicule en chevaux-vapeur (même si de nos jours, on oublie souvent le mot vapeur) ?

Cela remonte à plus de 3 siècles ! En effet, à la fin du XVIIIe siècle, le cheval était très logiquement le moyen le plus utilisé pour déplacer des charges. Lorsque la machine à vapeur vit le jour, il fallut établir une conversion entre sa puissance et celle que l’on peut obtenir d’un cheval.

Le cheval-vapeur n’est rien d‘autre que l’équivalent de la puissance développée par un cheval pour remonter, de 1 m, une masse de 75 kg, en 1 seconde.

Dès lors, quand les moteurs à vapeur commencèrent à remplacer les chevaux, leur puissance s’exprima en chevaux-vapeur, unité de mesure encore et toujours utilisée actuellement. La Deuche, comme l’appellent gentiment les spécialistes tire donc son nom de la puissance administrative de son moteur, qui était de 2 chevaux…

Cette année, cette 2 CV, qui est à Citroën ce que la Coccinelle fut à Volkswagen, fête ses 70 ans. Le Musée de l’Autoworld a décidé de laisser brûler les bougies de cet anniversaire durant un mois entier (du 31 mars au 29 avril exactement).

© D.R.

Alors, si vous aimez celle qu’on avait appelée TPV (pour Toute Petite Voiture) lorsque le projet fut lancé, en 1936, et qui, selon le cahier des charges, devait pouvoir transporter deux fermiers et une charge de 50 kg, en étant équipée d’une suspension assez souple pour qu’on puisse y mettre un panier d’œufs qui, même après avoir emprunté un sentier non carrossé, ne pouvaient pas être cassés, alors ne manquez pas cette expo qui rassemblera quelques modèles exclusifs.

Sachez en outre que, le lundi de Pâques (le 2 avril), les propriétaires de 2 CV se donneront rendez-vous sur l’Esplanade du Cinquantenaire, dès 13h30, avant de partir pour une balade à travers Bruxelles (départ à 14h30). Badauds évidemment bienvenus !