Auto-moto Il faut bien remplacer l'impôt sur la fortune, l'ISF qui disparaît! Les propriétaires de grands yachts et de belles voitures puissantes vont casquer!


Mauvaise nouvelle pour nos voisins d'outre-Quiévrain, si la suppression de l'impôt sur la fortune - payé actuellement par quelque 351.000 ménages et qui rapporte quelque 3,2 milliards d'euros à l'Etat! - devrait bientôt être votée au Parlement (ISF remplacé par l'IFI pour lequel seuls les actifs immobiliers sont pris en compte), les élus de La République en marche ! ont quand même fait voter différents amendements concernant les signes ostentatoires de richesse.
© D.R.

En conséquence, ceux qui paient leurs impôts en France et qui sont propriétaires de yachts et de voitures de luxe seront soumis à une taxation alourdie. En clair, ces amendement prévoient de taxer de 30.000 à 200.000 € par an les résidents français propriétaires de bateaux de plaisance de plus de 30 mètres et d'instaurer une taxe additionnelle plafonnée à 8.000 euros sur les voitures de sport, à partir de 36 chevaux fiscaux.
© D.R.

Trente-six chevaux fiscaux, c'est évidemment beaucoup, mais bon, ceux qui possèdent, par exemple, les versions les plus puissantes des Porsche Cayenne, Mercedes Classe G ert autres BMW X6 M, seront tous potentiellement concernés par la nouvelle taxe. Un Porsche Cayenne Turbo et son V8 de 520 chevaux affiche ainsi une puissance fiscale de 43 CV. Idem pour les grandes limousines genre Mercedes Classe S (la S560 fait 36 CV fiscaux) mais aussi type Rolls Royce, Bentley, Jaguar, ou les sportives (Ferrari, Lamborghini et même les grosses Alfa Romeo)...
© D.R.

On peut dire que 2018 sera une année financièrement compliquée, en France, pour les propriétaires de supercars et autres grosses cylindrées. En effet, à cette future taxe s’ajoute le durcissement du barème du malus (de 10.000 à 10.500 €), sans compter que les véhicules seront désormais concernés à partir de 120 g de CO2 par kilomètre (contre 127 grammes actuellement).

A noter que à Bruxelles et en Wallonie, le calcul de la TMC se base toujours soit sur la puissance fiscale (les CV, liés à la cylindrée du moteur) ou la puissance (en kW) d’un véhicule. La fourchette oscille entre une soixantaine d’euros et près de 5.000€. En ce qui concerne la taxe de circulation, par contre, la fourchette oscille actuellement entre 77,35 € et 1.979,60 € jusqu’à 20 CV. Ensuite, cela chiffre très vite. Comptez 107,98 € par CV supplémentaire (sachant que ces montants sont indexés annuellement au 1er juillet).  Pour une voiture de 36 CV, on en arrive à 3.688, 28 € par an. Cela reste malgré tout assez loin de ce qui sera donc bientôt dû en France.