Auto-moto Premier restylage du benjamin de la gamme depuis 1997

WOLUWE Dans la gamme Land Rover, le Freelander est le benjamin. Lancé en 1997, soit sept ans après le Discovery et... vingt-sept ans après le Range, le petit S.U.V. de la marque subit pour 2004 son premier restylage. Les modifications les plus visibles concernent la carrosserie: le pare-chocs avant, les phares et la calandre ont été profondément modifiés. Les doubles optiques à glace lisse rappellent le Range tout en étant plus performantes: on annonce une augmentation de plus de 70% de l'intensité lumineuse. A l'arrière, les feux ont été rehaussés pour les mettre à l'abri des projections. Mais l'habitacle n'est pas oublié non plus.

Plus démocratique que ses frères, le Freelander veut néanmoins rester désirable pour les acheteurs de véhicules de luxe. La finition générale et le garnissage des sièges sont en net progrès et un nouveau tableau de bord accueille une instrumentation repensée. Comme pour les modèles précédents, le Freelander se décline en deux versions: 3 portes (Softback) avec un toit amovible souple ou rigide et 5 portes (Station Wagon).

Il y a deux motorisations essence (1 l 8 ou 2 l 5 V 6) et un 2 l diesel (Td4). Un modèle Sport fait son apparition: jantes alu de 18 pouces, châssis rabaissé de 30 mm, suspensions raffermies, il est destiné à ceux qui sont plus souvent sur la route que... hors pistes. D'ailleurs, le 1 l 8 essence lui est refusé. Les prix d'accès à la gamme demeurent inchangés. Comptez de 22.300 € (3 portes 1 l 8) à 32.100 € (5 portes V 6).

© La Dernière Heure 2003