Auto-moto La 4e génération de cette Renault compacte offre une version hybride à assistance électrique


On l'a assez répété, c'est la catégorie des SUV qui a le vent en poupe actuellement. Toutes les marques, ou presque, y passent. Mais les monospaces s'adaptent et ont toujours leur place sur le marché. La meilleure preuve de cette adaptation est l'apparition de roues plus grandes de manière à donner à ces monospaces un look davantage cross-over. Dans le cas des nouveaux Scénic et Grand Scénic, les roues de 20 pouces sautent tout de suite aux yeux tant elles fonc partie de l'ADN de cette 4e génération. Tout comme le pare-brise plongeant sur des passages de roues plus larges, des porte-à-faux extrêmement réduits, une carrosserie bi-ton, des portes un peu bouffies et une ceinture de caisse assez haute. Tout cela en fait l'un des monospaces compacts les plus dynamiques de notre paysage automobile.

Gros changement par rapport à la précédente version, le nouveau Scénic abandonne les sièges indépendants et extractibles, qui sont remplacés à l’arrière par une banquette 60/40. La modularité est cependant partiellement sauvée, car les deux parties peuvent être avancées ou reculées individuellement. Côté rangement, le Scénic reste bien fourni avec quelque 63 litres d'espace divers, répartis un peu partout dans la voiture. Les familles vont apprécier.
En outre, l’instrumentation numérique, qui trônait au beau milieu du tableau de bord depuis le Scenic 2, retrouve une place devant le conducteur, lequel pourra, en option, bénéficier d’un affichage tête haute. La console centrale accueille un bel écran multimédia de 8,7 pouces.

Question motorisations, on retrouve 6 moteurs diesel et deux moteurs essence déjà éprouvés sous le capot d’autres voitures du groupe. Il s’agit, entre autres, des motorisations 1.2 TCE de 115 et 130 ch. Côté diesel, les puissances s’étalent de 95 à 160 ch pour les deux blocs 1.5-litre et 1.6-litre dCi.

Mais la surprise du chef, si l'on peut dire, c'est l'apparition du système Hybrid Assist que, d'ailleurs, on retrouvera aussi sur la Mégane dans un avenir très proche. Il convient toutefois d'être clair à propos de de ce système: il ne s’agit pas d’un moteur hybride au sens strict du terme, mais bien d’une assistance électrique. En pratique, un alterno-démarreur, relié à une batterie, est associé au moteur 1.5-litre dCi de 110 ch. Le dispositif supplée le moteur thermique lorsque celui-ci est à pleine charge, réduisant ainsi sensiblement la consommation lorsqu'on doit jouer de la pédale d'accélération. Par contre, la voiture ne peut pas rouler en mode 100 % électrique. Comme sur l'Espace, la technologie Multi-Sense permet d’accéder à cinq modes de conduite : neutre, sport, confort, personnalisé et éco.

Ce Scenic 4 se décline toujours en version rallongée. Le Grand Scenic s'étire de 23 cm (4,63 m en longueur) et accueille assez confortablement une troisième rangée de sièges (pour 7 passagers en tout donc). Et toujours avec la même banquette 2/3 – 1/3 qui remplace les trois sièges indépendants en deuxième rangée. Le volume de coffre passe à 596 litres dans cette version (contre 572 pour le 5 places)
Côté look, l'auto gagne une paire de feux verticaux, qui suivent une custode rappelant celle du Renault Espace. La filliation avec le grand frère, au niveau design, est du reste assez évidente.
 
Produit à l'usine française de Douai (comme la Talisman et le nouvel Esace), le Scénic (prix de base: 21.500€ pour la version Life Tce 115) sera commercialisé fin octobre, mais il faudra attendre mi-décembre pour le Grand Scénic (24.600€ en base en Zen Tce 115) !