Auto-moto L’Urus a été officialisé, avant que Ferrari ne se jette dans l’incontournable fosse aux baroudeurs.

Lambo a pris son temps. La marque bolognaise du groupe Volkswagen (depuis 1998) avait dévoilé le premier concept de son SUV (Sport Utility Vehicle) 4x4 coupé en… 2012. Cinq ans plus tard, l’ex-fabricant de tracteurs, géniteur de quelques-unes des sportives qui font le plus rêver les amateurs de belles mécaniques (Countach, Gallardo, Diablo, Aventador, Hurracan, etc.) lâche son taureau dans l’arène.

L’Urus est un tank (2,2 tonnes) en robe ultralégère (l’usage du carbone a été maximisé) muni d’un moteur et d’un fuselage de véritable sportive. Les rares concurrentes que l’Urus a face à elle ne tiennent pas la comparaison : ni Maserati Levante, ni Alfa Romeo Stelvio Quadrifoglio Verde, ni Bentley Bentaya, ni Porsche Cayenne (même dans ses plus cossues et nerveuses éditions), ni BMW X6 dans sa version M ne lui tiennent tête : le V8 biturbo de 4 litres de l’Urus développe 650 chevaux et pointe à 305 km/h. Il flingue le 0 à 100 km/h en 3,6 secondes ! Son prix définitif n’est pas calé, mais il sera impossible de l’acquérir en dessous de 200.000 €.

La sortie de ce modèle, qui sera donc le SUV le plus rapide de l’histoire (la marque italienne devra encore le confirmer sur le Nürburgring), brise pas mal de murs dans le marché prestigieux des supercars.

Il ne s’agit pourtant pas d’une première pour Lamborghini : les suiveurs de la marque transalpine n’ont pas oublié la LM002, surnommée Rambo Lambo. Plus franchisseur que son homologue contemporain, il s’était destiné à quelques rares et riches clients du désert du Moyen-Orient…

On attend la réponse du meilleur ennemi de Lambo. Ferrari va devoir, et pas trop tard, sortir son propre SUV, puisque le marché l’attend. Ce qui n’est pas le cas de bien des puristes !