Auto-moto Ce sont surtout les deux nouveaux moteurs qui devraient relancer les maillons faibles de la marque italienne

TURIN Si Alfa Romeo, moribonde il y a une dizaine d'années, est le maillon fort du groupe Fiat dont on connaît les difficultés, tous les modèles de la marque au serpent ne connaissent pas le même engouement. C'est ainsi que si la 156 et, surtout, la 147 cartonnent, la 166 plafonne et les deux modèles les plus fun de la gamme, le Spider et la GTV, qui n'avaient déjà pas pris le train du succès, ont perdu, en cours de route, beaucoup de clients. Ces modèles, il est vrai, ne datent pas d'aujourd'hui, puisqu'ils ont été présentés pour la première fois il y a huit ans déjà, mais ils ne semblaient pas vraiment démodés. Pourtant, les chiffres sont formels: en Belgique, par exemple, elles ont perdu, en quatre ans, plus des trois quarts de leurs chiffres de vente.

On sait que les deux modèles seront totalement renouvelés dans deux ans mais, en attendant, le marketing d'Alfa n'a pas voulu laisser aller les choses et a rajeuni les deux modèles qui présentent un look inédit, une gamme renouvelée de moteurs et de finitions pour remettre au goût du jour leurs atouts majeurs: un style captivant, une technologie sophistiquée et un tempérament offensif. Pininfarina, le maître d'oeuvre, a donc revu sa copie. Esthétiquement, il a surtout travaillé sur la calandre qui entre désormais dans le moule, très réussi, des trois berlines de la marque, tandis que les prises d'air dans les pare-chocs disparaissent. De nouvelles jantes de 16 pouces, de nouveaux coloris et une nouvelle planche de bord sont proposés, mais le plus intéressant est l'abaissement de cinq centimètres de l'assise du siège, ce qui offre une meilleure position de conduite aux gabarits les plus classiques. La principale modification concerne cependant les deux nouveaux moteurs que l'on trouvera sous le capot des deux voitures dès maintenant: le superbe V 6 3.2 des GTA, dégonflé de 250 à 240 chevaux (avec la nouvelle boîte 6) et le tout nouveau moteur à essence JTS à injection directe de 165 chevaux, que l'on connaît déjà sur la 156. A côté de ces deux nouveautés, le traditionnel 2.0 Twin Spark de 150 chevaux est toujours disponible.

En revanche, nous n'avons guère trouvé d'amélioration substantielle au manque de rigidité du spider mais, si le V 6 permet à Alfa de présenter la voiture de sport la plus rapide de son histoire, le JTS, prévu davantage pour la balade, offre un confort nettement amélioré, et un comportement qui se montre très linéaire.

Les prix? De 26.000 à 37.500€.

© La Dernière Heure 2003