Auto-moto Après avoir eu les yeux plus gros que le ventre, rétropédalage des autorités. Qui espèrent bien augmenter leurs recettes...

S’oriente-t-on vers une nouvelle razzia sur les plaques minéralogiques CRICRI, NOTAX, LOL ou encore CATCHME ? Le gouvernement fédéral l’espère.

Il vient en tout cas de mettre une date sur l’ambition exprimée depuis plusieurs mois par le ministre libéral de la Mobilité, François Bellot (MR) : c’est à partir de ce 4 décembre que les plaques d’immatriculation personnalisées repasseront au tarif de 1.000 €, en lieu et place des 2.000 € en vigueur.

Soit leur niveau de fin 2014, lorsque le concept avait été lancé. Il fut très vite pris d’assaut : en 2015, près de 6.000 automobilistes belges choisissaient de se délester de 1.000 € pour s’offrir une plaque sortant du lot. On parlait alors de vrai carton.

Sauf qu’en 2016, année à partir de laquelle il fut d’usage de passer doublement à la caisse (la plaque perso ne coûtait plus 1.000, mais 2.000 €), le carton s’est mué en petit bide : seulement 1.777 candidats ont opté pour une plaque personnalisée l’an dernier.

Avec de solides conséquences sur les caisses de l’État : 3,3 millions de recettes ont été récoltés pour 2016, contre 6,1 millions en 2015, où la plaque minéralogique personnalisée s’affichait pourtant deux fois moins cher. "Alors qu’auparavant, le nombre de demandes fluctuait entre 360 et 740 par mois, il a chuté depuis décembre 2015 et oscille depuis lors entre 100 et 200 par mois", expliquait récemment François Bellot, assurant, par ailleurs "que l’intérêt, lui, n’avait pas chuté".