Auto-moto Les "quadricycles lourds" ont obtenu des notes médiocres en termes de sécurité. Explications

Euro NCAP, l’organisme de tests en matière de protection des usagers, vient de publier les résultats de quatre voiturettes sans permis. Trois des quatre véhicules ont été notés une étoile sur les cinq possibles, soit la plus mauvaise note. Cela signifie : une protection marginale lors d’un impact.

Les quatre modèles qui ont subi les essais sont la Microcar M.GO Family, la Bajaj Qute, l’Aixam Crossover GTR et la Chatenet CH30. Résultats : une seule étoile décernée pour l’Aixam, un score de seulement 25 % pour la protection des occupants adultes. À titre d’exemple, la voiturette de golf Club Car a obtenu 23 %…

La Chatenet s’en sort un peu mieux : 38 % de taux de protection et obtient deux étoiles. Seule la Microcar dispose d’un airbag en option mais l’Euro NCAP le juge totalement inefficace. La Balaj Qute n’est pas vendue chez nous, mais ne s’en sort pas mieux.

Ces véhicules, contrairement aux autres voitures, n’ont pas besoin de subir de crash-test avant de pouvoir être vendus et utilisés sur route. Les voiturettes sont rarement pourvues d’équipements de sécurité, comme les airbags conducteur et passager.

Leurs performances sont très faibles lors des tests que passent les voitures de tourisme normales. "C’est normal qu’elles soient moins bonnes en termes de sécurité, commente Benoit Godart de l’Institut belge pour la sécurité routière. Elles ne peuvent excéder 350 kg à vide. Elles seront toujours plus légères en cas d’accident. En plus, il est difficile de mettre beaucoup d’équipements dans des voitures aussi légères."

Néanmoins, ces quadricycles sont autorisés à rouler sur les routes publiques où ils sont exposés au risque de collision avec d’autres véhicules ou des obstacles.

Lorsqu’on jette un œil aux statistiques d’accidents de ces petites voitures sans permis, on remarque une dangerosité plus élevée.

Quarante-neuf accidents corporels impliquant une voiturette ont été recensés en 2014, soit 0,1 % de l’ensemble des accidents.

Ces accidents ont fait une soixantaine de blessés et deux morts, la personne décédée étant systématiquement le conducteur. La proportion de tués pour cette catégorie est donc de 4 %.

En comparaison, cette part est de 0,017 % pour les accidents corporels, en 2014 sur nos routes, tous véhicules confondus.


"Ces voitures jouent un rôle social important"

Destinées à la base aux personnes âgées, elles séduisent de plus en plus de jeunes

Bien que faibles en termes de sécurité, ces voiturettes sont clairement utiles pour beaucoup de monde.

À la base, le public intéressé par ce type de véhicules sans permis était constitué, majoritairement, de personnes âgées de plus de 55 ans. "Souvent, les personnes qui achetaient ces voiturettes étaient des personnes âgées qui n’avaient jamais conduit et qui suite à un problème du partenaire se sont vues obligé de conduire pour garder une certaine autonomie. C’est une solution pour ceux qui ne veulent pas passer le permis et qui ne conduisent pas beaucoup. Ces voitures jouent un rôle social important", explique Benoit Godart.

Avec le temps et grâce à leur design de plus en plus soigné, ces voiturettes semblent séduire un éventail plus large de personnes. Entre autres, la nouvelle clientèle se compose de jeunes fortunés.

Les frais de fonctionnement sont relativement modestes. Il ne faut pas payer de contrôle technique, de taxe de mise en circulation et la prime d’assurance reste limitée. Par contre, leur prix de base, lui, est quand même élevé : il faut compter entre 10.000 et 15.000 euros pour un véhicule neuf. Dans le Brabant wallon et le Brabant flamand, on remarque de plus en plus d’adolescents qui se rendent à l’école au volant de ces petites voitures sans permis.

En effet, en Belgique il faut avoir 16 ans pour conduire ces quadricycles et être muni d’un permis de conduire A3 (pour cyclomoteur). La législation européenne les autorise dès 14 ans.

Depuis peu, (l’année passée pour être précis), ce type de véhicule doit être immatriculé. Pour le moment, la Belgique ne dispose d’aucune statistique concernant le nombre de voiturettes arpentant nos routes. En France, on estime qu’elles sont presque 200.000 en circulation.