Auto-moto

Le constructeur d'automobiles japonais Mazda a annoncé vendredi le rappel de 1,66 million de véhicules dans le monde à cause des airbags viciés de son compatriote Takata déjà à l'origine de dizaines de millions de rappels à l'échelle planétaire. Parmi le nouveau lot concerné de voitures Mazda, 465.000 ont été vendues aux Etats-Unis, a précisé le groupe dans un courriel.

Il s'agit de modèles produits entre 2003 et 2008.

Ce nouveau rappel porte à plus de 2 millions le total de véhicules que Mazda a jusqu'à présent décidé de faire revenir au garage à cause des coussins de sécurité défectueux de Takata.

Le problème concerne le gonfleur qui peut éclater sous certaines conditions, projetant alors des fragments de métal et plastique sur le conducteur ou le passager.

De nombreux incidents et six accidents mortels ont été recensés à la suite de ce défaut dont la cause précise n'est pas élucidée.

Même si le produit chimique pour le gonflement, du nitrate d'ammonium, est jugé en partie responsable, il n'est sans doute qu'un facteur, selon Takata qui estime que d'autres éléments (humidité, chaleur, ancienneté...) peuvent jouer.

Sous la pression des autorités américaines, Takata a demandé aux constructeurs automobiles de rappeler quelque 34 millions de véhicules aux Etats-Unis. Plusieurs millions d'automobiles ailleurs dans le monde sont également censées revenir au garage pour réparation.

Le constructeur japonais Honda, plus important client de Takata, est pour le moment le plus touché, mais une dizaine d'autres groupes d'automobiles sont aussi concernés: BMW, Fiat, Chrysler, General Motors, Ford, Mazda, Mitsubishi Motors, Nissan, Subaru, Toyota.