Auto-moto Le partage des informations s'effectue en temps réel entre tous les véhicules

On sait qu'il existe déjà des voitures, des camions et même des tracteurs autonomes. Dans un champ proche de notre domicile, il nous est arrivé de voir l'agriculteur descendre de son véhicule pour assister au spectacle assez étonnant de son tracteur arpentant seul le champ pour retourner la terre!
© D.R.

Mercedes va plus loin dans le genre testant actuellement des véhicules de déneigement autonomes spécialement développés pour effectuer le travail sur les pistes d'aéroport.

Après avoir démontré avec succès l’efficacité des systèmes Highway Pilot et Highway Pilot Connect, qui permettent la mise en place de convois automatisés sur routes et autoroutes,Daimler présente une autre avancée en la matière. Sur le site de l’ancienne base aérienne de Pferdsfeld (en Rhénanie), celui qui a le titre envié de plus grand constructeur de véhicules commerciaux au monde a fait la démonstration de l’application pratique des opérations de déneigement automatisées des aéroports en fonction des exigences spécifiques de ce type de clientèle.

Développer des applications spécifiques en matière de véhicules autonomes

© D.R.


" Nous ne nous contentons pas de parler de nouvelles technologies, insiste ainsi Martin Daum, membre du Directoire de Daimler AG responsable de Daimler Trucks, nous les amenons sur les routes. Pas à pas, nous poursuivons le développement de nos systèmes d’assistance les plus évolués, afin que la conduite autonome devienne réalité. Nous travaillons actuellement sur la concrétisation de deux scénarios. Le premier, c’est la conduite autonome dans une circulation relativement normale sur autoroute, avec l’ambition claire d’alléger la charge de travail du chauffeur et d’améliorer sensiblement la sécurité. Le second porte sur l’utilisation de véhicules sans chauffeur dans des environnements fermés afin d’accroître de manière significative la productivité."

Tous les véhicules de test étaient interconnectés  grâce à un système télématique. Ils opéraient de manière autonome et étaient tous capables de mener le convoi ou de suivre le véhicule de tête. Dans la pratique, un responsable de convoi peut ainsi sélectionner au hasard un véhicule de la flotte des semi-remorques disponibles et en faire le « véhicule leader ». L’opérateur utilise alors une console de contrôle pour définir le nombre de véhicules constituant le convoi et leur ordre de séquence.
© D.R.

On imagine que les grands aéroport exposés aux intempéries, à commencer par celui de Francfort, seront intéressés par ce genre d'engin.
A Bruxelles, ce devrait être moins le cas, les quelques jours de neige par an ne constituant pas un motif réel d'achats aussi importants financièrement. Même si l'on a récemment vu que quelques centimètres de neige peuvent carrément bloquer le traffic aérien dans notre capitale...