Auto-moto "La naissance d'un champion européen", c'est ces termes que les deux groupes ont qualifié leur union

On le savait depuis mars dernier, mais la finalisalisation du rachat d'Opel-Vauxhall par PSA n'a fait l'objet d'une communication officielle que ce jour et un plan Performance devra même être présenté dans les 100 jours à venir afin d'établir des bases financières solides pour cette nouvelle entité.

"Nous sommes heureux de rejoindre le groupe PSA et d'ouvrir ainsi un nouveau chapitre de notre histoire, après 88 ans de collaboration étroite avec General Motors, a déclaré Michael Lohscheller, CEO d'Opel Automobile. Nous continuerons à produire, pour le plus grand nombre, la technologie qui est la nôtre et qui est étiquetée "Made in Germany". Notre but est d'ores et déjà défini: faire des bénéfices dès l'an 2020."


De son côté, Carlos Tavares, Président de PSA, a affirmé "avoir assisté aujourd'hui à la naissance d'un champion européen. Nous aiderons Opel et Vauxhall a retrouver compétitivité et profitabilité, tout en nous fixant de nouveaux objectifs d'avenir commun. Opel restera Allemand et Vauhall demeurera britannique..."


On notera la volonté des deux acteurs à ne pas rien modifier à la situation de l'emploi au sein de cette nouvelle entité malgré les synergies qui seront forcément mises en place et les économies d'échelle ainsi réalisées.

 Le groupe élargi réunit à présent quelque 17% de parts de marché au niveau Européen. On remarquera qu'une collaboration entre Opel/Vauxhall et PSA existait déjà depuis 2012. Elle résulte aujourd'hui en la production de 4 véhicules: l'Opel Crossland X (disponible depuis juin), le Grandland X (commercialisé dans la foulée), le successeur de l'Opel Combo (à venir dès l'an prochain) et la future génération d'Opel Corsa qui sortira en 2019.

Enfin, on soulignera qu'Opel continuera à collaborer avec General Motors pour la production de Buick (USA) et d'Holden (Australie) mais aussi dans le cadre du développement des unités d'électrification de moteurs.