Auto-moto

Le cru est pauvre en babes : on en a croisé une dizaine, tout au plus… Découvrez la galerie photos. 

Le Salon, c’est bien sûr, et avant tout, plus de 600 autos et quelque 400 deux-roues. Que vous viendrez voir pour rêver ou poser l’acte d’achat le plus malin et comparé possible. Mais le Salon, c’est aussi un show, où le bling-bling n’est pas que dans l’habitacle…

Un show animé jadis par moult hôtesses généralement bien carrossées, et, il est vrai, pas toujours des plus vêtues. Mais cette année, au grand dam de photographes habitués du Salon et qui ont l’habitude de faire crépiter les flashes pour ces demoiselles, les hôtesses sexy, il a fallu fichtrement bien les chercher !

"Il y en a effectivement beaucoup moins. Une quinzaine, max, sur tout le Salon. Et très sobres. La crise ? L’effet Milquet ? Difficile à dire", nous confie un habitué du salon.

Même Suzuki - les constructeurs asiatiques sont généralement friands du procédé de l’hôtesse sexy - a calmé le jeu cette année. Pour illustrer ses conditions saloon, c’est en robe longue version western que la petite dizaine d’hôtesses (et deux mâles, équité - ? - oblige) de la marque a effectué une courte sortie…

Rappelons qu’en 2012, un infâme incident sur le stand Suzuki (deux malotrus s’étaient… masturbés dans un véhicule, une jolie hôtesse dans le viseur, avant d’être expulsés) avait conduit Joëlle Milquet, alors ministre de l’Egalité des Chances, à partir en guerre contre les "femmes objets du Salon". Une charte avait ainsi été signée par les constructeurs du Salon. Il leur a fallu un peu de temps pour la mettre réellement en œuvre, mais étant donné qu’on a seulement pu compter quelques hauts talons chez Maserati, Smart et Nissan, et l’une ou l’autre belle demoiselle sur une moto, on peut considérer qu’on y est…