Auto-moto Dès dimanche, les températures passent, la nuit et le matin, sous la barre des 7°C. Des gelées nocturnes sont même annoncées à Saint-Hubert.

Chaque année, c’est la même rengaine, direz-vous, mais on ne peut rien y faire, avec le froid qui s’installe à cette période de l’année, mieux vaut prendre ses précautions.

Un petit tour d’horizon des fournisseurs de pneus nous a d’ailleurs donné le ton : beaucoup semblent s’y être pris à temps. "Depuis le mois d’octobre, nous sommes full full, confie Amir, chez Woluwé Pneus à Bruxelles. Nous devons même prendre rendez-vous pour obtenir quelques infos ! "Cela a commencé dès le début de ce mois et là, on tourne à plein rendement."

Au téléphone, plusieurs autres distributeurs nous confirmeront ce coup de feu, certains en nous raccrochant au nez pour vite retourner au travail ! Dans les grands centre du type Midas, on peut encore obtenir un rendez-vous dans les 24 heures, mais il vaut quand même mieux ne pas attendre les premiers flocons si l’on veut être rapidement servi. Idem chez Auto 5, où, sur les sites web, vous trouverez de petites infographies mentionnant les périodes très occupées de chaque journée de la semaine, histoire de trouver une vingtaine de minutes (c’est le temps qu’il faut environ pour échanger les pneus hiver et ceux d’été) en évitant de trop longues attentes.

Mais peut-être n’êtes-vous pas encore tout à fait convaincu de l’utilité d’un pneu hiver (on ne parle jamais de pneus neige dans nos contrées tempérées !).

Et pourtant, nous qui roulons par tous les temps et sur tous les types de route ne pourrions que vous recommander de faire le switch. Maintes fois, les caractéristiques des pneus hiver nous ont sauvé la mise, ou même simplement permis d’atteindre notre destination.

Sur routes enneigées ou verglacées, il suffit, en ville, d’un conducteur non prévoyant à ce niveau pour provoquer un embouteillage dans une rue en pente…

Et dans tous les cas de figure, un pneu hiver est plus performants qu’une gomme été dès que la température passe sous les 7°C. Tant au niveau des accélérations, de la tenue de route, que du freinage. Il est faux de penser que les pneus hiver ne sont bons qu’en cas de neige ou de glace. Une statistique française récente montre que 92 % des accidents en hiver surviennent sur sols secs (57 %) ou mouillés (35 %) par temps froid !

Bon à savoir : on peut, en pneus hiver, monter une taille différente de celle d’été, tant qu’on respecte les critères touchant à la circonférence de roulement et à l’indice de charge, tout en s’assurant bien entendu que l’espace pour les disques de frein et les étriers est suffisant. Ainsi, vous pouvez très bien remplacer un "été" de 225/50 R 17 par un "hiver" de 205/55 R 16…

Les coûts peuvent varier mais pour un jeu de 4 pneus hiver + 4 jantes + l’équilibrage nécessaire, il faut compter, dans une taille moyenne (ex : 255x55x16), environ 800 €, plus les frais de stockage et de 2 permutations par année : 200 €. Des pneus qui durent 4 ans si vous effectuez environ 20.000 km au total de l’année. C’est un budget, certes, mais n’oubliez pas que pendant que vous roulez avec vos pneus hiver, ceux d’été s’économisent au garage !

À noter qu’il existe aussi des pneus 4 saisons, comme le CrossClimate de Michelin par exemple. Le premier avantage est évident : on ne doit rien changer du tout lors du passage de la bonne à la mauvaise saison, et vice-versa. Si ce type de pneu s’en tire plutôt pas mal en tout type de circonstances, il faut savoir qu’il n’est jamais qu’un compromis. Mais si vous faites dans les 15.000 km par an (il s’use en effet un peu plus vite qu’un pneu ordinaire), c’est peut-être une solution à envisager.