Auto-moto Dimitri, garagiste indépendant, dénonce les pratiques dans les concessions des grands constructeurs.

Dimitri De Jaegere tient depuis vingt ans le garage de l’Hexagone, à Bruxelles, non loin du Cinquantenaire. Ils sont sept à travailler chez lui et son atelier ne désemplit pas. Connu dans le quartier pour la qualité de son accueil et sa volonté de trouver toujours rapidement une place dans l’agenda pour le client qui passe lui demander un rendez-vous en coup de vent, Dimitri, clairement, adore son métier.

Quand nous sommes allés le voir pour avoir son avis sur le coût et la qualité des entretiens en général, la conversation a vite dévié sur les piètres services des grandes marques à l’égard de leurs clients…

"Quel genre de clients vient chez nous ? Facile, je n’ai pour ainsi dire que des déçus par rapport aux concessionnaires officiels, confie notre interlocuteur. Et dire que c’est parfois nous qu’on traite de margoulins ! Attention, il y en a eu dans la profession et je ne dis pas qu’il n’y en a pas encore, mais nombreux sont ceux qui tentent de faire honnêtement leur métier."

Apparemment, les margoulins ne sont pas toujours là où on le pense…

(...)