Auto-moto Ce type d’engin est de plus en plus répandu dans le monde. La Belgique, fiscalité intéressante aidant, n’est pas en reste…

Sur les 15 millions de véhicules utilitaires légers vendus dans le monde en 2015, près d’un tiers appartenait à la catégorie des pick-up, dont les acteurs historiques se nomment Toyota (avec le Hilux), Nissan (le Navara), Mitsubishi (le L200), Volkswagen (Amarok), Ford (Ranger) ou Isuzu (D-Max). Aujourd’hui, presque tous les constructeurs généralistes s’y mettent (à l’image de Renault avec son Alaskan). En France, par exemple, les ventes de ces drôles d’engins, très typés tout-terrain, ont augmenté de près de 40 % entre 2009 et 2015.

Chez nous, sans atteindre de tels chiffres, les ventes sont elles aussi en constante progression. Et plus intéressant est le nombre de particuliers (entendez par là les acheteurs non soumis à la TVA), qui se portent acquéreurs de ces utilitaires légers (moins de 3,5 t.). C’est Christophe Dubon, de la Febiac, qui nous apporte l’information. "Sur les 10 premiers mois de 2016, les statistiques des ventes de véhicules utilitaires en Belgique montrent que 18,7 % étaient acquis par des personnes privées, pour 80,3 % par des sociétés (et 1 % inconnu), explique-t-il. En 2010, la proportion était de 13,1 % pour les privés et 86,1 % pour les firmes (et 0,7 % inconnu)."

Pourquoi cet enthousiasme pour ces voitures à benne ? En grande partie pour la fiscalité avantageuse. Les utilitaires légers bénéficient d’un régime fiscal de faveur, et ce dans les trois régions : ils sont exemptés de taxe de mise en circulation et profitent d’une taxe de circulation réduite. Cette dernière dépend de la masse maximale autorisée (MMA) du véhicule. À noter que tous les pick-up, même ceux à double cabine, profitent du statut d’utilitaires légers. Et c’est là qu’est la nuance !

Aujourd’hui, un peu dans la foulée des SUV, ces pick-up sont de plus en plus modernes et confortables. Les constructeurs font tout pour les civiliser, d’autant qu’un certain public apprécie toujours le look 4x4. Même les constructeurs premium se mettent à surfer sur cette vague. La preuve par Mercedes, qui vient de présenter un concept Classe X (on vous l’accorde, l’appellation peut prêter à sourire…) on ne peut plus luxueux, qui devrait être commercialisé fin de cette année encore.

© D.R.

Avec un tel type de sophistication, on ne pourra même plus adresser à la catégorie les reproches habituels du genre : c’est mal insonorisé, pas super confortable (à cause des suspensions arrière à lames, pour accueillir beaucoup de poids !) ni super sécurisant (dérobades du train arrière à cause de cette suspension rudimentaire).

Bon, il reste l’encombrement important et la conso élevée, bien que, à ce niveau aussi, les progrès sont sensibles…