Auto-moto

Potentiellement, le problème touche 500.000 ménages belges. Voici ce qui les attend, en huit points.

11 millions dans le monde, donc. Et en Belgique ? Volkswagen, qui est le seul à pouvoir communiquer l’ampleur ou non du parc roulant belge officiellement irrégulier, n’a pas encore transmis l’info définitive, bien qu’il ait annoncé avoir identifié les véhicules concernés. Ce chiffre pourrait s’élever, comme l’a laissé entendre Kris Peeters (CD&V), à 500.000 véhicules chez nous - près de 10 % du parc automobile belge tout de même… C’est le chiffre maximal : le nombre de véhicules en circulation en Belgique équipés des moteurs potentiellement concernés par la triche. Seul VW peut dire si TOUS les véhicules ainsi motorisés embarquent le logiciel frauduleux ou si seulement certains d’entre eux le font. Et ça traîne…

Ma voiture est-elle concernée ?

La liste exhaustive des modèles concernés n’est officiellement pas encore communiquée. Mais elle est potentiellement… immense. Avec certitude, il est acquis que le logiciel illégal brouillait les émissions de trois types de motorisations diesel du groupe VW. Montées sur de très nombreux modèles, tous vendus en Belgique. Des VW Golf, Polo, Passat; des Skoda Fabia, Octavia, Yeti, Roomster; des Audi A1, A3, A, Q3, Q5, des Seat Ibiza, Leon, Alhambra, Altea… Les bonnes questions à vous poser, dans l’ordre :

1. Quelle est la marque, le type de carburant, et l’âge de mon véhicule ? Attention, le groupe Volkswagen, premier constructeur européen, c’est aussi Audi (2,1 million de véhicules touchés), Seat, Skoda (1,2 million) et Porsche… Les autos officiellement reconnues comme tricheuses sont exclusivement alimentées en diesel, et conçues entre 2008 et 2015. La norme Euro5 (des modèles touchés) est entrée en vigueur en 2009, mais VW aimait se donner une petite marge d’avance…

2. Enfin, mon moteur est-il concerné ? C’est le point le plus technique, mais il est assez simple d’y voir clair. En gros, si le bloc qui tourne sous votre capot est identifié EA189, qu’il s’agit d’un quatre cylindres 2,0 litres TDI ou 1,6 litres TDI, vous êtes vus. Le 1,2 TDI 3 cylindres du groupe, moins répandu, est lui aussi de la revue…

Comment puis-je être sûr, par moi-même, que ma voiture est concernée ?

Impossible. Ou presque. Même les garagistes et concessionnaires munis des systèmes de diagnostic électronique (la fameuse valise ) ne peuvent être affirmatifs. L’algorithme illégal se planque en effet dans les lignes de code du système. Il faut être un informaticien compétent, plus qu’un mécanicien doué, pour pouvoir avérer la tricherie.

Découvrez l'intégralité de cet article dans l'Édition Abonnés de DH.be, à partir de 4.83 euros par mois.