Auto-moto

Mercedes-Benz offre une version break de chasse à son spectaculaire coupé CLS

FLORENCE C’est une niche… dans la niche ! Mais, pour Mercedes-Benz comme pour Audi ou BMW, il est important d’aller toujours plus loin dans la recherche de l’originalité, en gardant fatalement toujours un œil sur ce que fait la concurrence.

Ainsi donc, par exemple, autour de la Classe E, le core-business de la marque à l’étoile, on trouve le break, le cabrio, le Coupé, mais aussi la CL et la CLS, plus longue de six centimètres.

Cette dernière (Coupé à quatre portes) vient de recevoir une nouvelle sœur, la CLS Shooting Brake, un Coupé à cinq portes, qui ouvre un nouveau sous-segment. Ou plutôt qui rouvre car, il y a longtemps, quelques marques (Aston Martin Radford, Reliant Scimitar, Lancia Beta, Volvo 1800) avaient lancé la mode du break de chasse, tombé dans l’oubli il y a plus de trente ans. Mais il s’agissait, chaque fois, d’une auto à trois portes.

On peut donc considérer que le nouvel engin de Mercedes-Benz ouvre un nouveau créneau, mais qui attaque de front les Audi A7 Sportback, les Porsche Panamera et les BMW Série 6 Gran Coupé.

L’engin est, à coup sûr, une réussite esthétique, même si certains la jugeront trop ostentatoire. Mais, c’est clair, on ne roule pas dans ce genre de voiture si on souhaite passer inaperçu !

Au-delà de ses qualités, ou, en tout cas, de sa personnalité esthétique, la Mercedes CLS Shooting Brake présente une qualité pratique. Du style, donc, mais aussi du volume.

Les concepteurs du break de chasse n’ont, bien sûr, pas voulu faire la… chasse à la capacité de chargement, mais le coffre offre quand même tout près de 600 litres (pouvant aller jusqu’à 1.550 litres), soit sensiblement plus que la CLS à quatre portes qui, déjà, était plutôt généreuse pour les bagages. Et puis, il y a ces petites attentions qui font fondre, comme ce plancher de coffre en bois de cerisier. Une option superbe et originale… mais qui vous sera facturée près de 5.000 € !

Eh oui, tout cela a un prix. La Shooting Brake qui, par ailleurs, possède les mêmes motorisations et les mêmes caractéristiques intérieures que la CLS à quatre portes coûte près de 2.000 € de plus. Et, surtout, à motorisation égale, plus de 12.000 € de supplément par rapport au break de la Série E qui est bâti sur la même plate-forme.

C’est beaucoup, mais c’est le prix à payer pour circuler dans une voiture exclusive, et c’est évidemment cette clientèle-là que les dirigeants de Daimler veulent chasser avec leur nouveau joujou…



© La Dernière Heure 2012