Auto-moto 7.300 € : voilà le coût de Tesla Vision, un système qui affranchit totalement le conducteur de l’auto.

Tesla va-t-elle trop vite ? Alors qu’elle est encore loin d’être le constructeur automobile mainstream qu’elle espère devenir, alors qu’elle n’a pas encore fait la démonstration qu’elle était capable de tenir un rythme de production et une chaîne logistique semblable aux fabricants traditionnels, alors que les comptes de l’entreprise sont toujours dans le rouge (Tesla n’a pas encore dégagé le moindre cent de bénéfice, mais investit énormément en Recherche et Développement , et fait donc un pari sur l’avenir), voilà que la marque de véhicules électriques (entre autres) de la Silicon Valley pousse l’une de ses marottes, la conduite autonome, deux crans plus loin.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, Elon Musk, l’emblématique CEO de Tesla Motors a levé le voile sur Tesla Vision, le "produit inattendu" largement teasé.

De quoi s’agit-il ? D’un logiciel qui va affranchir les Tesla produites dès ce 19 octobre 2016 de toute intervention humaine. Ce qui fera des Model 3, S, et X (en attendant le crossover Y ?) produits à la GigaFactory au Nevada les premiers véhicules certifiés 5 sur l’échelle internationale de l’autonomie des véhicules. Le plus haut niveau, celui qui garantit au conducteur (qui n’aura donc plus vraiment ce titre) d’être acheminé d’un point A à un point B sans qu’il n’ait la moindre tâche à accomplir.

Les nouveaux modèles Tesla seront donc dotés de 8 caméras à 360 degrés (dont trois sur la calandre avant) avec une portée de 250 mètres tandis qu’une douzaine de capteurs à ultrasons permettront de détecter des obstacles "durs et mous", selon le constructeur. D’ailleurs, ces capteurs ont un mode de détection deux fois supérieur à l’ancienne génération. Un radar installé à l’avant permet de voir à travers le brouillard, la pluie et la poussière. Pour gérer toutes ces données, Tesla a créé un ordinateur de bord "40 fois plus puissant" que celui qui trône actuellement dans les habitacles de la marque.

Sans doute échaudé par les récents déboires de son AutoPilot, Elon Musk jouera cette fois la prudence : il patientera le temps qu’un nombre conséquent de données de télémétrie ait été collecté et "solidement validé" avant d’activer tout le potentiel de Tesla Vision chez les possesseurs des véhicules équipés.

Quid du prix ? L’ensemble du système sera facturé 8.000 $ (7.300 €), à moins d’opter pour une version allégée à 5.000 $ (4. 600 €) comportant 4 caméras au lieu de 8. On parlera, alors, plus d’un assistant à la conduite que d’un pur "self-driving mode"...