Auto-moto Une société française produit des bornes connectées pour prévenir les automobilistes d’un danger sur la route.

Dans tous les pays du monde, sur toutes les routes du monde, il existe, sur le réseau, des endroits particulièrement dangereux. Notamment sur des routes sinueuses, où la vue est partiellement, voire totalement, cachée d’un virage à l’autre, et où un obstacle n’est visible qu’au tout dernier moment. Parfois trop tard pour éviter l’accident…

Une firme française, la SESR, pour Société Européenne de Sécurité Routière, détient sans doute la solution à ce type de problème. Elle possède en effet le brevet des bornes Triple A, (Avertisseur Automatique Autonome), un dispositif de signalisation routière destiné à prévenir les collisions. Implantées dans les portions de routes dangereuses, ces bornes lumineuses alertent instantanément les conducteurs de leur présence simultanée par un signal "warning". Avec cette information délivrée au bon endroit, au bon moment, le risque de collision est ainsi (pratiquement) réduit à zéro.

Cette borne est 100 % automatique , autonome, durable : elle alerte les automobilistes et les motocyclistes en temps réel, de jour comme de nuit, indéfiniment. Ces inédites Triple A peuvent être implantées au bord des routes comme toutes les bornes existantes jusque-là.

© D.R.

Cette technologie est aujourd’hui, à notre connaissance, la seule immédiatement disponible permettant aux pouvoir publics de protéger concrètement la vie des automobilistes et motocyclistes. Elle peut être adaptée et programmée pour toutes les morphologies routières au niveau local, provincial ou national. Ses modalités d’usages peuvent être également adaptées et pilotées par les autorités selon les problématiques locales ou ponctuelles à résoudre (vitesse, passage dangereux, conditions climatiques particulières, etc.).

Ces bornes françaises, au coût unitaire de l’ordre de 200 euros (à moduler en fonction du nombre) pourraient évidemment être aussi utilisées en Belgique. Par comparaison, un seul accident automobile coûte directement 1.000 à 10.000 fois plus, de 0,2 million d’euros à 2 millions d’euros, selon le type d’accident…

© D.R.


Bruno Godaert: "Insécurité... Juridique!"

L’insécurité, c’est le contraire de ce que le citoyen peut légitimement attendre d’un systéme législatif cohérent… Il faut malheureusement constater que la multiplication des pouvoirs et les incessants revirements de politique dans notre pays ne contribuent que très peu à notre sérénité au quotidien ! Il fut un temps où budgétiser l’acquisition d’une voiture et son usage futur relevait d’un calcul simple : prix d’achat + intérêts d’emprunt + taxes + assurances + carburant + entretien = le privilège de jouir de son auto partout, le temps qui vous convient (ou qu’elle rende l’âme !) et basta… On pouvait même se fier aux bons conseils des autorités et des primes offertes par celles-ci. Oubliez tout cela ! De nos jours, nul ne peut prédire la durée pratique d’utilisation de votre voiture, ni ses futures restrictions d’usage… La Febiac ferait mieux de défendre les automobilistes dans ce domaine, plutôt que de se mêler de la façon de les taxer !