Auto-moto Cette exposition exceptionnelle à l'Autoworld de Bruxelles est ouverte jusqu'au 8 janvier prochain

Il y a 100 ans exactement, en 1916 donc, la Bayerische Flugzeugwerke et Otto-Werke fusionnaient pour devenir, tout d’abord un fabricant de moteurs d’avion. Un an plus tard, l’entreprise devenait la Bayerische Motoren Werke (BMW) et gardait comme emblème l’hélice bleu et blanc.. Après la défaite de l’Allemagne lors de la Première Guerre mondiale, l’interdiction de produire des avions força les dirigeants à reconvertir l’entreprise en fabricant de moteurs pour motocyclettes, camions et voitures.

© D.R.

Ce n’est toutefois qu’en 1928, avec le rachat par BMW du constructeur allemand Dixi, que sera assemblée, à Eisenach, la première voiture, une minuscule Austin Seven anglaise dont Dixi avait la licence. C’était le début d’une belle et longue aventure, commerciale et sportive, qui se poursuit plus que jamais aujourd’hui.

L’image sportive de la marque reste en effet ancrée dans ses gênes. Il n’est qu’à se remémorer les nombreuses victoires de BMW aux 24 Heures de Francorchamps et celle au Mans en 1999 pour en être persuadé. La magnifique exposition à Autoworld, qui a débuté ce samedi, est l’occasion de retracer les principales étapes de cette épopée !

Pour fêter dignement l’événement, les organisateurs ont réuni pas moins de 100 BMW d’exception sur le plateau du Cinquantenaire, dont par exemple, la plus belle de toute à nos yeux, la fameuse 507, ici second plan sur notre illustration, qui n’a pas pris une ride et vaut aujourd’hui une montagne d’argent.

© D.R.

Comme vous avez pu le lire dans nos éditions de vendredi, les frères et le papa Borlée, qui roulent toute l’année pour la marque à l’hélice,ainsi que Vincent Lonbois vainqueur du championnat IRRC au guidon de sa BMW S 1000 RR Superbike du Team Herpigny et son coéquipier Sébastien Le Grelle, étaient présents pour inaugurer cette exposition. De même que Maxime Martin, jeune papa et pilote émérite de la marque en DTM, dont le bolide figure d’ailleurs en bonne place dans cette exposition, qui fait honneur au renouveau amorcé depuis quelques années par l’Autoworld