Auto-moto Le constructeur français a présenté un concept très abouti, qui devrait arriver sur le marché en 2030.

On avait déjà pu voir le Fractal à Bruxelles, en janvier dernier, mais Peugeot ne s’arrête pas en si bon chemin. À Genève, le constructeur français a présenté une nouvelle étude, baptisée Instinct Concept.

Selon ses concepteurs, ce break de chasse devrait déjà arriver sur le marché dans moins de 15 ans. Autrement dit demain…

Si la voiture autonome est un défi pour chaque constructeur, le directeur général de Peugeot, Jean-Philippe Imparato l’a précisé à la presse : ce qui fera la différence sera la manière de mettre en scène, d’utiliser les fonctions autonomes pour apporter un plus en terme de liberté.

Alors, qu’a-t-il de spécial cet Instinct ? Loin du robot aseptisé, ce concept est une vraie voiture. En témoigne une ligne flatteuse, un design travaillé proche des berlines dites shooting brake d’aujourd’hui. Quatre modes de conduite sont proposés : les deux premiers sont des modes où le conducteur conduit vraiment (Drive Boost offre des sensations de conduite dynamique, Drive Relax pour une conduite plus calme avec des aides à la conduite comme le régulateur de vitesse adaptatif).

Ils cohabitent avec deux modes de conduite autonome : Autonomous Sharp et Autonomous Soft. Le mode Soft privilégie le confort. Pour un long trajet, il permet de visionner un film, de lire ou se reposer en toute quiétude. Le mode Sharp est plus classique. Si l’Instinct Concept gère seul la conduite, il optimalise le temps de déplacement en se montrant plus efficace qu’en mode Soft. Le passage du mode conduite au mode autonome s’accompagne d’une cinématique : le volant comme les touches piano de raccourci (à l’image de celles du nouveau 3008) s’escamotent dans la planche de bord. Le conducteur peut reprendre la main à tout moment ou demander une action spécifique à la voiture. D’un appui sur le i-device près de l’écran central, il peut ainsi demander au véhicule d’effectuer un dépassement. Peugeot a donné peu d’informations sur le moteur, un hybride rechargeable de 300 ch. pour quatre roues motrices…

Comme le volant et les touches piano, la pédale d’accélérateur s’efface dans le plancher après avoir actionné le mode autonome. Les sièges peuvent se mettre en 3 positions : allongée pour se reposer, intermédiaire pour visionner un film, assise pour conduire.

La voiture autonome est définitivement en route. Ce n’est plus de la science-fiction…