Batibouw

Préoccupations écologiques, construction sèche et rapide, isolation renforcée, possibilités esthétiques variées… Le bois grappille de plus en plus de points sur le marché de la construction.

Si elles ont le vent en poupe depuis une quinzaine d’années sous nos latitudes, les maisons en bois existent depuis bien plus longtemps dans le Nord de l’Europe, au Canada et aux États-Unis. Leur premier avantage tient à leur caractère vert : en effet, l’exploitation du bois n’est pas polluante, sa production demande six fois moins d'énergie que le béton, et sa transformation ne nécessite aucune industrie lourde. De plus, il peut facilement être recyclé ou utilisé comme combustible de chauffage. Enfin, une maison à ossature bois permet de neutraliser les émissions annuelles de CO2 de cinq voitures.

Plusieurs possibilités

La construction bois est plurielle. Les principales techniques aujourd’hui utilisées sont au nombre de trois :

· L’ossature bois : elle rafle la plus grande partie du marché. Dans ce cas, le squelette de la maison est en bois. Et le tout est complété par des éléments de fermeture, d'isolation et de finition (plaques de plâtre). C'est à l'intérieur de ces "caissons" que l'on place l'isolation thermique et tous les câblages, ainsi que les tuyauteries. Le choix du parement est libre. Lorsqu’elle est parachevée, elle ressemble à s’y méprendre à une construction classique si ce n’est que les cloisons sonnent un peu « creux » quand on les heurte.

· Le bois massif : la construction en bois massif s’inspire des cabanes et des chalets en rondins et donne des maisons de style « Nouvelle Angleterre ». Elle peut être réalisée soit à l'aide de madriers en bois plein empilés ou juxtaposés, soit en bois lamellé-collé. Le but est de former un mur en bois massif complété par de l'isolation thermique. Visuellement, les murs offrent un esprit lambris, très chaleureux. Ce type de construction se positionne dans le haut-de-gamme des prix de la construction.

· Les poteaux-poutres : leur assemblage tient par lui-même d’un seul tenant du sol à la toiture, et les poutres peuvent couvrir de grandes travées. Le remplissage des façades est souvent constitué d’une ossature bois, mais il est possible de recourir à des madriers empilés. Techniquement, il s’agit du procédé le plus complexe, prestigieux et coûteux.

Avantages du bois

· La rapidité : comptez 4 mois finitions comprises.

· Une construction sèche : elle est donc plus rapidement habitable.

· Une maison plus légère : elle peut se construire sur des terrains à plus faible portance.

· La résistance : contrairement aux croyances populaires, en cas d'incendie, une charpente en bois brûlera beaucoup plus lentement qu'une structure métallique et dégagera moins de gaz toxiques.

· L'isolation thermique : le bois est 12 fois plus isolant que le béton, tout en étant moins épais. En plus d'offrir une meilleure isolation thermique, le bois permet donc de gagner en surface habitable.

· La souplesse architecturale : toute modification est aisée dans une maison en bois, contrairement aux maisons en béton (dans ce cas, des moyens matériels importants sont requis avec des engins de chantier, etc.)

· La flexibilité : le bois est un matériau élastique très souple au niveau de la conception.

· L’hygrométrie : le bois a une capacité naturelle à absorber l’eau, ce qui permet de réguler l’hygrométrie ambiante.

Inconvénients du bois

· Une faible inertie thermique : la maison se chauffe très vite en hiver (économies de chauffage), mais, se refroidit aussi plus rapidement.

· Un coût plus élevé : le surcoût global pour une habitation en bois est estimé à 3,4 %.

· L’isolation acoustique du bois : prévoyez d’office une chape en béton entre les étages, mais ce n’est pas toujours suffisant pour étouffer les bruits.

· Contractions et gonflements : le bois se gonfle et se contacte car il absorbe l’eau. S’il n’est pas correctement traité, ce phénomène accélérera son vieillissement.