Consommation Les petits plaisirs gourmands, sur nos digues, ont grimpé bien plus haut que nos salaires, en onze ans d’écart…

Avec 2,9 millions de visiteurs d’un jour transitant par les 19 stations balnéaires de nos 66 km de littoral en juillet, les vacances à la mer, qu’elles soient courtes ou prolongées, restent un incontournable pilier de l’agenda estival des Belges. Parce qu’elles combinent facilité d’accès, détente, activités et plaisirs de bouche relativement accessibles. Enfin, c’est ce qu’on va voir !

Souvent synonyme d’évasion à petit prix, la côte belge et les indispensables gourmandigues qui vont avec ont-elles échappé à l’inflation, ou au contraire, ont-elles été embarquées dans le TGV de l’augmentation tarifaire à tous crins ? C’est ce que La DH est allée vérifier en ce début de mois d’août, sur quelques-unes des digues du pays. Avec un focus particulier sur trois stations de natures très différentes : l’une, pittoresque (Le Coq), l’autre, populaire (Blankenberge), la dernière, plus bling-bling(Knokke).