Consommation Les coûts de roaming ont fondu, avant de s’évaporer en 2017. Mais pour appeler depuis la Belgique, c’est toujours la jungle…

Du simple au triple ! La variation des tarifs des principaux opérateurs mobiles de notre pays concernant le coût par minute d’appel émis vers l’étranger (depuis la Belgique, donc) reste, à ce jour, interpellante.

À juste titre, le mobinaute européen s’est félicité, dernièrement, de l’importante diminution des tarifs des coûts d’itinérance, alias frais de roaming. Depuis ce 30 avril, il est nettement moins cher de surfer et téléphoner, lorsqu’on se trouve dans un pays de l’Union Européenne autre que celui dans lequel on réside.

Certains opérateurs ont même été un cran plus loin encore : Scarlet, filiale low-cost de Proximus, a carrément fait sauter tous les frais de roaming pour ses clients, un an avant que le cadre législatif européen n’abolisse totalement cette vache à lait historique des opérateurs. Mobistar, pour fêter son rebranding en Orange, a, pour sa part, annoncé que le roaming, sur son réseau mobile, serait également offert à ses abonnés Animaux, durant la période estivale.

Mais attention à la confusion, tentante : frais de roaming rabotés ou supprimés ne signifient absolument pas que les coûts des appels passés depuis la Belgique vers l’étranger ont diminué. Bien au contraire ! D’après le relevé réalisé par La DH, qui compare les coûts d’une minute de communication téléphonique émise depuis un numéro de GSM belge, en Belgique, vers un numéro de GSM étranger, fourni par le pays de l’appel, d’ubuesques situations tarifaires persistent. Exemples ? Alors que Proximus facture un poil plus d’un euro la minute de communication vers les Pays-Bas, à un jet de pierre de notre pays, téléphoner aux États-Unis, à 7.000 km d’ici, coûte moins cher : 0,75 €.

Par ailleurs , et la remarque vaut pour tous les opérateurs : il est plus intéressant pour un abonné à un opérateur belge de se rendre en France pour téléphoner en Europe via roaming, plutôt que de le faire depuis son plat pays !

Au jeu de la comparaison, Telenet (qui emprunte son réseau mobile à Orange, en attendant qu’il n’absorbe celui de Base Company) est indubitablement l’opérateur national le plus intéressant. Sauf qu’il ne peut pas lutter avec un vrai spécialiste des communications internationales comme Lycamobile, bien ancré chez nous - mais qui facture des frais de connexion, uniques à chaque communication, souvent coquets. Quant à l’école Belgacom (Proximus et Scarlet) elle est souvent la plus chère...

© dh