Consommation Instagram et Facebook intègrent désormais un compteur de minutes.

Apple et Android (par l’entremise de leurs écosystèmes mobiles, iOS et Android) se préparent intensivement pour la prochaine mise à jour de leur système d’exploitation mobile. Mais Facebook n’attendra pas leur go : le réseau des réseaux est en train de déployer, dans le monde entier, une mise à jour de son site web comme de ses applications. Principale nouveauté : l’arrivée d’un compteur de minutes passées sur les deux réseaux sociaux phares de la galaxie de Mark Zuckerberg : Facebook et Instagram.

Concrètement, l’entreprise de Menlo Park déploie, dès ce 1er août, de nouveaux outils pour "mieux gérer le temps passé sur nos deux plateformes" , note le groupe sur son blog interne. Concrètement, Facebook veut nous rendre un peu du temps qu’il nous a pris, quitte à ce que cela pèse sur son trafic.

Après un détour dans les paramètres, chaque utilisateur pourra connaître son temps d’activité sur ses différents appareils et choisir - ou non - de le limiter. La réforme prévoit aussi la possibilité de programmer des alertes personnalisables en cas de dépassement d’un certain seuil horaire, quotidien ou hebdomadaire. Enfin, Facebook soigne sa détox-com en permettant davantage de souplesse dans la désactivation des notifications push à certaines plages horaires.

"L’idée principale est de permettre aux utilisateurs de gérer le temps passé sur Instagram et Facebook afin qu’il soit intentionnel, inspirant et positif, détaille Facebook. Il est de notre responsabilité de parler ouvertement de la façon dont le temps en ligne a un impact sur les gens - et nous prenons cette responsabilité au sérieux."

© D.R.

L’ère du Facebook social... par contrainte

"Impact sur les gens", "responsabilité"...On est clairement, avec l’arrivée de ce dispositif d’assistance (légère) à la déconnexion, dans une nouvelle ère Facebookienne. Plus sociale. Ou plutôt, plus obligée de se montrer sociale à la suite des tumultes répétés traversés par le réseau ces 24 derniers mois, des ingérences du réseau dans le fonctionnement démocratique de plusieurs États à la propagation de Fake News en finissant par le scandale Cambridge Analytica (vol de données privées, pour bref rappel).

Si, soudainement, la Silicon Valley se fait fort de laver plus blanc sur la question de l’impact chronophage des services qu’elle a engendrés, on ne s’empêchera pas de constater que la mise en place d’un compteur de minutes est un moyen assez simple de redonner à l’utilisateur un sentiment de contrôle qu’il a définitivement perdu sur la question de l’exploitation de ses données...