Consommation

L'Autorité de la concurrence a lancé une "enquête informelle" sur les augmentations récentes du prix de la bière chez AB InBev et Alken-Maes, lit-on vendredi dans L'Echo et De Tijd. Au début de l'année, les deux brasseurs avaient annoncé qu'ils allaient augmenter leurs prix en février pour les clients de l'horeca. Ces hausses de prix étaient nécessaires, selon les deux groupes, pour poursuivre les investissements dans les brasseries et produits.

L'Autorité de la concurrence a décidé d'ouvrir une enquête informelle sur ces hausses parallèles.

L'auditeur général à l'Autorité de la concurrence, Véronique Thirion, affirme "n'avoir pas ouvert d'enquête formelle. Pour en ouvrir une, il faut avoir quelque chose de construit, pas seulement quelques éléments. Mais nous menons certaines investigations. On est en enquête informelle: on regarde le dossier".

Les brasseurs démentent toute entente sur les prix.


"En toute indépendance"

"Alken-Maes détermine ses prix en toute indépendance, en fonction de la situation économique et des investissements prévus", a réagi vendredi le brasseur belge, après l'ouverture, par l'autorité de la concurrence, d'une enquête informelle sur les augmentations de prix pratiquées par AB InBev et Alken-Maes. Alken-Maes, qui gère notamment les marques Maes, Cristal, Affligem et Grimbergen, collaborera entièrement à l'enquête et répondra aux questions de l'autorité de la concurrence en relation avec les hausses de prix, a encore fait savoir le brasseur.

Une enquête similaire avait déjà été menée en 2012 par l'autorité de la concurrence qui avait finalement conclu qu'il n'y avait pas d'entente sur les prix entre AB Inbev et Alken-Maes.