Consommation L’électrique ? Il faut 5 tonnes de CO2 pour produire une batterie 30 kWh !

Les automobilistes qui sont passés à la pompe depuis mardi auront remarqué l’augmentation : 1,6340 € maximum le litre ! C’est clair que ce type de carburant ne se destine désormais plus qu’aux gros rouleurs. En dessous de 30.000 km par an, vous pouvez l’oublier.

Celui que l’on appellera B7 dès ce 12 octobre sera de plus en plus délaissé par les consommateurs. Depuis 2016, la tendance s’est inversée et l’essence a pris le pas sur le diesel. Selon Jo Declercq, PR chez Ford, qui exprime ici une opinion personnelle, "le diesel, à terme, disparaîtra, c’est une évidence. Le problème, c’est qu’il faudra trouver mieux. Vous savez, le diesel n’a jamais été aussi propre qu’aujourd’hui ! C’est vrai qu’il produit davantage de Nox (oxyde d’azote) que l’essence, mais il émet en revanche beaucoup moins de Co2. Or, tout d’un coup, on jette l’opprobre sur le diesel alors que l’on parle quand même bien ici d’une réduction du CO2, non ? Et voilà que l’on ne parle plus que de l’électrique ; seulement, on ne raconte jamais toute l’histoire. Si l’on compte tout ce qui intervient dans le processus de production d’un véhicule électrique, il n’est pas si vert que cela."

On ne peut pas donner tort à notre interlocuteur. Une récente étude suédoise dresse un bilan objectif de la production des batteries et de son empreinte écologique : il faut 5 tonnes de CO2 pour produire une batterie de 30 kWh… 17 tonnes pour une batterie d’une Tesla 100 kwh !

Mais tout dépend de la source d’énergie. Si elle est renouvelable, comme chez Tesla où le toit de l’usine est recouvert de panneaux solaires, l’empreinte écologique diminue. Elle diminue aussi selon la longévité des batteries. Or, on parlera bientôt d’une vie de 30 à 40 ans, vu le recyclage des batteries auto pour le stockage de l’électricité renouvelable (verte donc).

Renault vient ainsi d’annoncer le plan Advanced Battery Storage qui permettra d’ici 2020 de fournir quotidiennement 5.000 foyers en électricité grâce à la seconde vie des batteries.

Plus que jamais, le secteur de l’automobile s’inscrit dans un contexte plus global non seulement de mobilité mais aussi de fournisseur d’énergie…