Consommation Un problème mystérieux empêche Colruyt d’approvisionner ses magasins en suffisance en Carapils

La Carapils n’est certes pas la plus raffinée des bières de notre pays, mais elle n’en demeure pas moins parmi les plus consommées. Son prix en fait d’ailleurs une des bières de prédilection des étudiants qui, ne disposant pas d’un gros budget, y trouve largement de quoi étancher leur soif lors des soirées entre amis. Ils risquent cependant de devoir faire une croix dessus pendant quelques jours, faute de stocks suffisants.

Colruyt confirme en effet qu’un "problème de production ne permet pas pour le moment d’approvisionner les magasins comme d’habitude". Impossible de savoir de quel problème il s’agit ni quelle en est l’ampleur. "Contrairement à ce qu’on a entendu dans certains médias, notre chaîne n’est pas à l’arrêt. Il y a effectivement un problème, dont nous ne souhaitons pas communiquer la nature ni l’ampleur. Au jour le jour, nous approvisionnons nos enseignes, mais il est vrai que les quantités sont inférieures à la normale."

Et le problème risque encore de durer quelque temps. "On espère que tout sera rentré dans l’ordre pour la mi-juin", ajoute encore le service de presse.

Vendue 1 € le litre (0,33 € la cannette de 33 cl), la Carapils est un incontournable de l’assortiment de Colruyt. En 2015, un changement de nom fut même envisagé, entraînant une levée de boucliers qui força le distributeur à faire marche arrière. C’est que le Belge (et désormais le Chinois puisque la Cara est vendue via Alibaba) est très attaché à sa bière bon marché.

Difficile cependant d’en savoir plus sur la Cara du côté de Colruyt. Ici, rien ne filtre, le dossier est classé secret défense. Combien d’hectolitres brassés par an ? C’est confidentiel ? Comment est-elle fabriquée et où ? Pareil, on ne pipe mot.

Si, il y a quelques années , c’est Alken-Maes qui se chargeait du brassage, la fabrication de la Carapils a cependant quitté la Belgique depuis bientôt 15 ans. Direction le nord de la France, chez Saint-Omer. Mais là non plus on ne se montre pas plus disert. Même à la question de savoir si la brasserie est toujours en charge du brassage de la Carapils, nous n’obtiendrons pas de réponse. Est-ce donc du côté de la France que vient le problème ?