Consommation Un jeune Mouscronnois a été sélectionné par Martini aux côtés de trois Flamands pour servir dans un bar éphémère d’Anvers.

À l’occasion du Venuez, un grand salon basé à Anvers et dédié au monde du bar, Martini a décidé de lancer un bar éphémère. Appelé Caffè Torino, l’établissement basé à la Sint-Antoniusstraat a la particularité d’accueillir quatre bartenders différents durant son mois d’existence. Parmi eux, un Wallon en la personne de Charly Lebrun, originaire de Mouscron.

"Comme les trois autres, j’ai été choisi par le brand ambassador de Martini", explique Charly. "J’ai évidemment été surpris quand on voit les autres personnes choisies, trois personnes très connues dans le milieu alors que je n’y suis pas depuis si longtemps. Les autres bartenders sont Manuel Wouters qui est un des pionniers des bars à cocktails en Belgique, Jurgen Lijcops, quelqu’un de très connu avec sa propre marque de Gin et de Vermouth et Didier Van den Broeck qui a été élu meilleur barman de Belgique."

Il sera donc possible de découvrir Charly Lebrun derrière le bar du Caffè Torino ce jeudi où il servira plusieurs cocktails différents. "Ce seront à chaque fois des Negroni, un cocktail qui vient d’Italie et qui se compose à trois parts égales de Gin, de Vermouth rouge et de Bitters", détaille Charly. "Il y aura donc plusieurs variantes. Les quatre bartenders sélectionnés par Martini ont revisité le Negroni à leur façon, je proposerai donc également le mien."

Charly considère cet événement comme une magnifique opportunité. "Me retrouver mêlé aux autres bartenders qui ont du vécu et de l’expérience est évidemment plus que bénéfique. Cela me permet d’être associé à des grands noms de ce milieu et surtout d’apprendre et d’évoluer. Ce n’est que du positif." C’est également une belle reconnaissance pour celui qui passe énormément de temps à travailler ses cocktails.

"Il est vrai que j’ai investi pas mal de moyen pour acquérir le matériel et les produits nécessaires pour faire mes essais chez moi. J’essaie très souvent de m’entraîner et d’essayer de nouvelles choses durant mon peu de temps libre. Il y a également le Bistro des Anges où je travaille à Mouscron qui me permet surtout d’avoir des avis de gens plus avisés. Il y a ensuite l’habillage du cocktail qui est important. D’ailleurs, quand je vois quelqu’un qui prend en photo le cocktail que je lui sers avant de le consommer, je sais que 50 % du travail est fait."

Avec des talents tels que Charly Lebrun, la Wallonie pourra bientôt faire sa place aux côtés de la Flandre sur la carte des meilleurs bars à cocktails de Belgique et d’Europe.


"De très belles expériences"

Dans le monde du cocktail, la créativité est largement présente. "Je ne suis pas un artiste de base", explique Charly Lebrun. "Je ne sais pas dessiner, je ne sais pas peindre mais avec un cocktail, je sais que je peux faire trouver cela beau. Évidemment, il n’y a pas que cela qui compte. Si tu n’es pas le roi de la décoration mais que tu gères en goût, les gens reviendront quand même chez toi."

Le goût et la présentation ont en tout cas chacun un rôle tout aussi important dans les différents concours organisés dans le monde du cocktail. Charly a d’ailleurs déjà pu prendre part à deux concours dont un qui est actuellement toujours en cours.

"Le premier concours auquel j’ai pris part était organisé par Beefeater, une grande marque de Gin. J’ai terminé en finale avec neuf autres participants pour la Belgique et le Luxembourg. Je n’ai malheureusement pas gagné mais je le savais car lors de ce concours, cela faisait à peine six mois que je m’étais lancé dans les cocktails. C’était tout de même une très belle expérience : j’ai dû envoyer un dossier de plusieurs pages en anglais pour décrire le cocktail que j’ai créé, j’ai dû passer devant un jury composé par des professionnels du métier. J’ai pu apprendre de mes erreurs."

Actuellement, le jeune mouscronnois âgé de 26 ans est encore en course pour le Word Class organisé par Diageo, le plus grand groupe alcoolier au monde.

"C’est pour moi un des deux plus grands concours de barman au monde. J’ai été retenu en demi-finale pour la Belgique et le Luxembourg. Nous étions alors 28 à avoir dû passer devant un jury d’experts. Le 10 avril prochain, nous avons rendez-vous à Schiedam aux Pays-Bas où les dix finalistes seront dévoilés. Si j’y arrive, cela sera déjà incroyable pour moi mais la journée d’épreuves qui m’attendra promettra d’être corsée. Il faudra que je m’entraîne énormément, cela sera comme une préparation sportive !"