Consommation Chaque semaine, retrouvez les conseils de Julie Frère (porte-parole de Test Achats) qui répond aux questions que vous posez ! Deux thèmes, deux questions très précises avec une approche claire, didactique et éclairante.


1. Mélatonine contre lumière bleue ?

Mademoiselle F. se demande que penser d’un produit proposé contre les troubles du sommeil liés à l’utilisation des tablettes avant de dormir.

"Ne laissez pas la lumière bleue des écrans vous empêcher de dormir", dit la publicité pour Sleepzz Mélatonine PLUS vue chez son pharmacien. La photo montre une femme qui lit au lit sur une tablette. Ce complément alimentaire contient aussi du L-tryptophane, un extrait de pavot de Californie et des vitamines B. L’utilisation de tablettes tard le soir est accusée de perturber le sommeil, en raison d’un impact négatif sur la production de mélatonine par l’organisme quand tombe le soir.

La lumière artificielle en général peut avoir cet effet, mais la lumière bleue de certains écrans serait particulièrement néfaste. Or la mélatonine nous aide à bien dormir. Peut-on pour autant en conclure que pour remédier au problème, il suffit d’avaler de la mélatonine ? Pas vraiment. Son utilité dans les troubles du sommeil ne repose que sur très peu d’études contrôlées. Pour les compléments à base de mélatonine, deux allégations ont été admises par l’agence européenne de la sécurité alimentaire Efsa :

  • à partir de 0,5 mg par dose : contribue à atténuer les effets subjectifs du décalage horaire;
  • à partir de 1 mg par portion : contribue à réduire le temps d’endormissement.

Nulle part il n’est question de "sommeil perturbé par la lumière bleue". De plus, le Sleepzz Mélatonine PLUS n’apporte que 0,29 mg par comprimé. Et, surtout, nous ne connaissons pas d’études suggérant que la mélatonine soit une solution pour des problèmes de sommeil causés par les écrans des tablettes. Le produit contient encore quelques autres ingrédients, mais dont l’utilité est ici tout aussi douteuse. La publicité pour les compléments alimentaires, c’est de nos jours vraiment le grand n’importe quoi…


2. Qui paye les frais de retour dans les ventes en ligne ?

En cas de retour en garantie d’un bien acheté en magasin, c’est généralement le vendeur qui se charge de renvoyer l’article défectueux au fabricant. Mais quelle est la règle en cas de vente en ligne ?

Les frais de renvoi d’un article défectueux sont à charge du vendeur en ligne durant la garantie légale. Le vendeur ne peut se contenter de vous renvoyer vers le fabricant. Tout consommateur bénéficie d’une garantie légale de deux ans lorsqu’il achète un bien auprès d’un professionnel établi au sein de l’Union européenne. La législation européenne précise que la garantie est due par le vendeur et que la prise en charge du défaut (réparation ou échange de l’article défectueux, voire remboursement) se fait sans frais pour le consommateur.

Pour faire valoir votre droit à la garantie, vous devez signaler le défaut au vendeur dans les meilleurs délais. Dans la plupart des cas, le vendeur vous demandera de renvoyer le bien afin qu’il puisse alors constater de visu le défaut et donner la suite appropriée à votre demande. Certains vendeurs proposent d’organiser le retour eux-mêmes. Dans ce cas, vous ne devez rien payer. Vous devez uniquement suivre la procédure qui vous est communiquée par le vendeur et fixer un rendez-vous avec la société de transport afin que l’article soit retiré. Si le vendeur ne propose pas cette option, vous devrez renvoyer l’article à vos propres frais. Vous pourrez toutefois en demander le remboursement par la suite si le défaut de non-conformité est avéré. Conservez le justificatif relatif aux frais de renvoi pour en demander le remboursement et privilégiez un renvoi sécurisé. En effet, vous êtes responsable du renvoi du colis. Si celui-ci s’égare ou est endommagé durant le transport, vous ne pourrez pas vous retourner contre le vendeur. Renseignez-vous au préalable quant aux frais de renvoi. Si ces frais vous paraissent élevés, soumettez au préalable le montant au vendeur. En cas de problème avec un vendeur en ligne basé à l’étranger, prenez contact avec le Centre européen des consommateurs : www.cecbelgique.be


>>> Posez vos questions à Julie Frère, porte paroles de Test Achats en lui envoyant un mail à redactionweb@saipm.com, avec, pour sujet "Conseil Conso".