Consommation

Chaque semaine, retrouvez les conseils de Julie Frère (porte-parole de Test Achats) qui répond aux questions que vous posez ! Deux thèmes, deux questions très précises avec une approche claire, didactique et éclairante.


1. La sauce de soja, avec ou sans gluten ?

Mademoiselle S. achète une sauce de soja sans gluten. Quand elle examine de plus près la liste des ingrédients, elle constate la présence de blé, qui contient du gluten. Comment est-ce possible ?

Il existe diverses variétés de sauce de soja. Deux grandes catégories : sauces préparées à partir de graines de soja uniquement (style chinois) et sauces préparées à partir d’un mélange de soja et de blé (style japonais). Celles de la première catégorie sont naturellement sans gluten, puisque le soja n’en contient pas. Mais c’est différent pour la seconde catégorie, puisque le blé est une source de gluten.

Comment alors expliquer qu’une sauce dont un des ingrédients de base est le blé puisse se prétendre sans gluten ?

C’est que, pour la réglementation, un produit qui contient du gluten peut quand même se dire sans gluten, pour autant que la teneur dans le produit fini ne dépasse pas 20 ppm, soit pas plus de 20 mg de gluten par kg. Un taux de gluten aussi infime est considéré comme sans risque aucun pour les personnes intolérantes au gluten (maladie cœliaque).

Pour qui souhaiterait toutefois quand même absolument éviter toute trace de gluten, il faut choisir une sauce de soja qui affiche sans gluten et qui de surcroît n’a pas le blé dans la liste des ingrédients.


2. Les capsules de café, des risques pour la santé ?

Monsieur D. a lu sur un forum Internet que les capsules de café de type Nespresso libèrent de l’aluminium, accusé de causer la maladie d’Alzheimer, et du furane, substance supposée cancérigène.

Le lien entre l’ingestion d’aluminium par voie alimentaire et le risque d’Alzheimer reste fortement contesté. Mais là n’est pas le sujet. L’aluminium des capsules passe-t-il dans le café ? En 2013, l’Agence française de l’alimentation (Anses) a déterminé les teneurs en différentes substances des cafés préparés à l’aide de machines à capsules ou dosettes papier, pour les comparer à celles du café filtre traditionnel. Pour la plupart des contaminants recherchés, des teneurs en moyenne légèrement plus élevées ont été mesurées dans le café des capsules ou dosettes : chrome, étain, nickel, cuivre, zinc et acrylamide. Selon les chercheurs, la différence n’est toutefois pas de nature à augmenter significativement la contribution du café à l’ingestion de ces composés chimiques.

Quant à l’aluminium, les capsules donnaient un café avec des teneurs plus faibles que le café filtre; les dosettes papier en revanche donnent des teneurs en aluminium plus élevées. Par ailleurs, on n’a détecté ni phtalates ni bisphénol A.

Quant au furane, substance classée comme potentiellement cancérigène, c’est un produit de la torréfaction du café. Des études ont montré que les capsules donnent un café avec des taux de furane plus élevés que le café filtre traditionnel.

Mais quel est le risque réel pour la santé de l’ingestion de furane ? Impossible de répondre sur la base des données dont on dispose aujourd’hui. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) récolte actuellement des données pour aboutir à une évaluation plus précise des risques.


>>> Posez vos questions à Julie Frère, porte paroles de Test Achats en lui envoyant un mail à redactionweb@saipm.com, avec, pour sujet "Conseil Conso".