Consommation

Chaque semaine, retrouvez les judicieux conseils de Julie Frère (Test-Achats) qui répond aux questions que vous posez ! Deux thèmes, deux questions très précises avec une approche claire, didactique et éclairante


1. Comment enlever un joint de silicone ?

Les joints de ma baignoire sont abîmés. Je voulais les enlever avec un cutter, mais un ami me conseille d’utiliser un dissolvant. Que me recommandez-vous ?

Remplacer un joint de silicone est assez fastidieux, mais certains produits peuvent effectivement vous faciliter la tâche. Je vous conseille avant tout d’abandonner le cutter dont la lame risque de se briser et qui pourrait endommager votre baignoire ou votre mur. Remplacez-le par un large grattoir, pratique pour enlever de grandes quantités de silicone. Le mieux est d’utiliser conjointement ce grattoir et un dissolvant pour silicone, pour les petits résidus difficiles à enlever.

Ce produit en vente dans certains magasins de bricolage n’est pas recommandé pour enlever tout un joint, car il aurait besoin d’énormément de temps pour pénétrer suffisamment en profondeur. Or l’odeur du produit est désagréable et les vapeurs dégagées sont vraisemblablement toxiques.

Pour enlever les petits résidus de silicone, 10 à 15 minutes de pose suffisent. Ensuite, utilisez votre grattoir. Oubliez celui fourni avec le dissolvant, il est souvent trop petit et peu pratique. Enfin, n’oubliez pas de bien nettoyer avant de poser la nouvelle couche de silicone.

Attention aux dégâts

Mieux vaut ne pas utiliser les décapants chimiques de façon inconsidérée, car ils risquent d’abîmer les matériaux délicats. Lors de notre dernier test de ces produits, les deux liquides testés laissaient des taches sur le papier peint. Sur la pierre, le bois, le plastique, l’acrylique et la peinture, l’un s’enlevait facilement à l’aide d’un chiffon humide, alors que l’autre laissait sur tous les matériaux une couche vernissée très difficile à éliminer. Pour ne pas prendre de risques, mieux vaut tester au préalable le produit sur un endroit moins visible.


2. Comment se débarrasser des acariens ?

Mon fils est allergique aux acariens. Avant d’envisager une désensibilisation, l’allergologue me conseille de limiter le plus possible tout contact avec eux. Comment m’en débarrasser ?

Vous voilà face à de microscopiques, mais terribles ennemis ! Vous devez mener bataille sur plusieurs fronts :

Maintenez une humidité relative inférieure à 60 % et une température de 16 à 18° C dans la chambre à coucher et de 19 à 21° C dans le salon.

Évitez l’accumulation de poussière. Veillez à ce qu’il y ait le moins possible de mobilier doux et duveteux, prisé des acariens. Préférez les spots métalliques aux abat-jour en tissu, les sièges en cuir ou en synthétique à ceux en tissu, etc.

Privilégiez aussi les sols lisses et lavables par rapport aux tapis plains, ainsi que les murs lavables, sans tentures ni double rideau.

Choisissez un matelas compact en latex, bultex, mousse ou mousse de polyester, et une literie synthétique, complétée d’une housse anti-acariens imperméable (qui enveloppe le matelas et se ferme avec une tirette). Évitez les oreillers et édredons en plumes ou en laine.

Oubliez les lits à tiroirs et les lits superposés (ou à la rigueur, faites dormir votre fils en haut).

Mettez son doudou s’il n’est pas lavable, chaque semaine pendant 24 h au surgélateur, pour tuer les acariens. Bannissez les peluches si vous ne pouvez les laver régulièrement.

Évitez les plantes vertes et les animaux domestiques.

Nettoyez chaque semaine sols et meubles. Éliminez les moisissures avec du détergent et de l’eau additionnée d’un peu d’eau de Javel, car les moisissures nourrissent les acariens.

Aspirez souvent sols et matelas, de préférence avec un aspirateur doté d’un filtre spécial antiallergique HEPA (High Efficiency Particulate Air).

Aérez la chambre 15 minutes matin et soir. Aérez aussi matelas et literie et lavez la literie toutes les deux semaines à 60° C minimum.


© DR