Consommation

Vous aimez garder votre réservoir aussi plein que possible, pour ne pas avoir de mauvaises surprises en cas d’embouteillage, mais vous entendez parfois qu’il n’est pas bon de conserver du carburant trop longtemps… Qu’en est-il réellement ?

Il est vrai que l’essence et le diesel qui stagnent subissent des processus chimiques qui les dégradent. Ils perdent progressivement de l’octane quand vous les gardez dans votre réservoir pendant 2 mois ou plus. Or si le niveau de cet hydrocarbure saturé est insuffisant, le moteur ne tourne pas rond, livre moins de puissance et est sujet au cliquetis, avec risque de pressions et températures anormalement élevées qui peuvent causer du dégât au moteur. Des résidus peuvent alors se créer. Cependant si vous roulez régulièrement, ce n’est pas un problème. Quand vous ajoutez du nouveau carburant, il est mélangé à l’ancien, et toute variation de l’indice d’octane est ajustée automatiquement par l’ordinateur du moteur de votre véhicule.

Les niveaux d’octane du carburant ne sont dommageables que si vous rangez votre voiture au garage pour 6 mois ou plus, auquel cas il vaut mieux ajouter un additif de carburant destiné à augmenter l’indice d’octane (ou un stabilisateur).

Que faire de mon vieux thermomètre au mercure ?

Vous avez encore dans votre pharmacie un thermomètre de couleur grise ? Il est probable qu’il s’agisse d’un thermomètre au mercure, qu’il serait temps de remplacer par un thermomètre sans mercure. En effet, s’il venait à se casser, les émanations du mercure pourraient entraîner des symptômes neurologiques graves, surtout chez l’enfant qui viendrait à les respirer.

Un bref contact cutané avec le mercure, transformé en petites billes, n’est pas dangereux, mais il peut abîmer certains métaux et donc des bijoux, par exemple. Par contre, l’inhalation de vapeurs peut être nocive. Le mercure s’évapore à température ambiante et se mélange à l’air de la pièce. Il est vite absorbé par les voies respiratoires. Les symptômes d’une intoxication ressemblent à ceux de la grippe (fièvre et douleurs musculaires). Nausées et vomissements peuvent survenir, ainsi que d’autres symptômes qui ne se manifestent pas tout de suite. En cas d’ingestion accidentelle, de faibles doses n’occasionnent que peu de symptômes. S’il s’agit d’un enfant ou si vous souffrez de nausées, de douleurs abdominales ou de vomissements, mieux vaut consulter immédiatement un médecin ou contacter le centre antipoison.

Que faire s’il se casse ?

Un thermomètre médical au mercure en contient environ 0,1 ml, soit moins de 2 g. S’il se casse, une si petite quantité n’entraîne qu’un faible risque d’intoxication par inhalation. Mais il faut l’éliminer rapidement. Ramassez-le donc le plus vite possible.

Rassemblez les billes métalliques avec une feuille de papier et recueillez-les sur une autre feuille. Utilisez de l’adhésif pour les toutes petites billes. Aérez la pièce pour évacuer les vapeurs déjà formées. Glissez les débris du thermomètre et du mercure dans un double sac plastique. Fermez-le avec du ruban adhésif et éliminez-le avec les petits déchets chimiques, en le déposant au parc à conteneurs, où il sera traité pour éviter toute pollution. N’utilisez un aspirateur que si le mercure s’est glissé entre les lames d’un plancher ou d’un parquet ou sur du tapis plain. La chaleur de l’appareil favorise la formation de vapeurs de mercure. N’aspirez pas pendant 15 jours la pièce où s’est déroulé l’incident.

Attention, s’il s’agit d’un thermomètre de cuisine ou d’un baromètre, qui sont plus grands, le risque d’intoxication est réel. En cas d’accident, contactez le centre antipoison.

En cas de blessure, consultez au plus vite

Si le thermomètre se casse en bouche ou en main et provoque une blessure, consultez un médecin pour qu’il vérifie si du mercure est resté dans la plaie (à l’aide d’une radiographie, si besoin). S’il se casse dans l’anus, une blessure est possible. Rendez-vous aux urgences. Si le mercure pénètre profondément dans le corps, il peut créer une inflammation et s’infiltrer dans le sang, avec un risque d’intoxication.

Le centre antipoison est joignable 7 jours sur 7, 24h/24, au 070/245.245.