Consommation

Chaque semaine, retrouvez les conseils de Julie Frère (porte-parole de Test Achats) qui répond aux questions que vous posez ! Deux thèmes, deux questions très précises avec une approche claire, didactique et éclairante.

En fin de journée, le fils de madame V. est pris d’une violente rage de dents. Ils iront le lendemain chez le dentiste. En attendant, sa mère va chercher un antidouleur chez le pharmacien de garde.

Elle s’étonne de devoir payer en sus du médicament un supplément de plus de 5 €. Selon elle, il y avait urgence et un supplément n’était pas justifié.

La question des honoraires du pharmacien de garde refait régulièrement surface. Rappelons les points essentiels. Quand on se rend chez un pharmacien qui est de garde, en dehors des heures d’ouverture normales, il a droit à un honoraire de garde. Mais ce n’est pas nécessairement le client qui paye. S’il s’agit d’un médicament "urgent" prescrit par un médecin et qui fait l’objet d’un remboursement, l’honoraire de garde sera pris en charge par l’assurance-maladie, qui payera (tarif actuel) 5,24 € au pharmacien. Mais le plus souvent, les clients viennent pour des médicaments qui ne répondent pas à ces conditions, ou même pour des produits qui ne sont pas des médicaments. Dans ce cas, c’est au client que le pharmacien peut réclamer un supplément, dont en principe il peut lui-même librement déterminer le montant (dans les limites du raisonnable).

En pratique, la plupart des pharmaciens réclament le montant correspondant à ce qu’autrement ils auraient perçu de l’Inami, certains même moins. Mais il peut arriver que l’on vous réclame plus. Normalement, les montants exigibles doivent être clairement affichés.

Du curcuma pour les articulations ?

Monsieur C. nous demande si prendre chaque jour une pincée de curcuma est bon "pour la souplesse des articulations".

Nous supposons qu’il pense à l’arthrose, principale cause de douleurs articulaires à partir d’un certain âge. Le curcuma que l’on retrouve aujourd’hui dans toutes les cuisines est la poudre du rhizome de la plante Curcuma longa. On prête à cette épice divers bienfaits en matière de santé, notamment en ce qui concerne l’arthrose. Il y a eu des études, mais elles utilisent le plus souvent des extraits de curcuma, pas la poudre pure. Les produits sont élaborés pour maximiser la teneur en curcumine et autres curcuminoïdes, substances supposées responsables du possible effet anti-arthrosique. Ils sont également traités de manière à améliorer l’absorption par l’organisme (sous leur forme naturelle les curcuminoïdes sont peu absorbés).

De plus, les méthodes de test sont très variées, tout comme les doses utilisées. Tout cela complique les choses, d’autant plus que le nombre d’études de bonne qualité reste assez limité.

Les données suggèrent que la curcumine pourrait réduire la douleur et contribuer au bon fonctionnement des articulations, mais impossible de dire actuellement quelles formes et quelles doses exactement il faudrait recommander. Quoi qu’il en soit, pour revenir à la question initiale : avaler chaque jour une pincée de curcuma n’aura selon nous très probablement aucun effet, vu la faible biodisponibilité naturelle des curcuminoïdes. On trouve dans le commerce de nombreux compléments alimentaires à base de curcumine. Si vous souffrez de douleurs liées à l’arthrose, vous pouvez toujours essayer pendant une période de quelques semaines pour voir ce que cela donne.