Consommation

Ce lundi après-midi, à Lint, près d'Anvers, la 16e édition du guide Gault&Millau Bélux a dévoilé son palmarès 2019, face à un parterre de choix, réunissant un millier de restaurateurs et de journalistes. Le très attendu titre de chef de l'année a été remis au Français David Martin, qui a complètement réinventé sa cuisine à La Paix à Anderlecht.


Le guide Michelin a ses étoiles, le Gault&Millau mise plutôt, à côté de son système de notation sur 20 et sur une large série de distinctions, à commencer par le chef de l'année. Cette année, c'es donc David Martin qui succède à Eric Fernez. Une belle revanche pour le chef de La Paix à Anderlech, qui avait été boudé l'année dernière par le guide Michelin, qui avait refusé de lui décerner un second macaron, après avoir avoir pourtant visité son restaurant à dix reprises!

Depuis des années, David Martin, formé notamment chez le grand Alain Passard à "L'Arpège" à Paris , a beaucoup travaillé pour repenser sa cuisine. Autrefois dédié à la viande, son restaurant La Paix s'est raffiné année après année, notamment grâce à un grand travail sur le végétal (en association avec les Jardins de Pomonne) mais aussi grâce à ses voyages au Japon. Le résultat a visiblement convaincu le Gault&Millau. De bon augure pour le prochain Michelin, qui sera dévoilé, lui, le lundi 19 novembre.

© Johanna de Tessières

La galaxie Martin

En février dernier, David Martin a revendu le Bozar Restaurant à son ancien chef exécutif Karen Toryan. Lequel continue sa folle progression, passant de 16 à 16,5/20. Une note amplement méritée, tant le le chef d'origine arménienne, également étoilé au Michelin, a réussi à mener au firmament son amour de la cuisine française classique, pour faire de son restaurant l'une des plus belles tables de la capitale.

Décidément, le guide Gault&Millau adore David Martin... Du côté des découvertes de l'année, à Bruxelles, c'est en effet l'ancien second de La Paix qui a été récompensé: Kevin Lejeune, qui vient de reprendre La canne en ville à Ixelles, où il pratique une belle cuisine classique modernisée. Une adresse clairement prometteuse.

En Wallonie, c'est Tanguy De Turck, au Vieux château à Flobecq, qui a été remarqué. Tandis qu'en Flandre, le restaurant ViEr à Courtrai s'est imposé. Un choix assez étonnant pour ce dernier alors qu'à Courtrai, on a plutôt été épaté par l'ouverture de l'excellent Rebelle du jeune Martijn Defauw, lequel remporte néanmoins le prix du meilleur dessert de l'année, pour son joli et très intéressant riz au pandan (photo).

© D.R.

Les promus

Sur le haut du podium, on peut noter l'arrivée au sommet de Sang-hoon Degeimbre, qui grimpe de 18,5 à 19/20 et passe à un maximum de 5 toques à L'air du temps à Liernu. C'est la première fois qu'un restaurant wallon obtient une note aussi élevée dans le guide jaune. Juste derrière, le Bruxellois Yves Mattagne gagne, lui aussi, un demi-point au Sea Grill, rejoignant le Comme chez soi à 18,5/20.

Mais la plus belle progression est celle du Jane de Nick Bril à Anvers, propulsé de 17 à 18/20, alors qu'au Chambre séparée à Gand, le génial Kobe Desramaults (photo) passe de 17,5 à 18/20 pour sa cuisine au feu de bois du feu de Dieu.

Quatre tables passent également à la note de 16,5/10: le Bozar Restauran t à Bruxelles, déjà cité, La Menuiserie à Waismes des sympathiques Thomas Troupin et Macha Portois, l'excellent Vrijmoed de Michaël Vrijmoed à Gand et enfin Alain Bianchi à Overijse.

© H.H.


Les déchus

Du côté des perdants, on note la rétrogradation, de 18 à 17,5/20, du Le prieuré Saint-Géry de Vincent Gardinal à Solre-Saint-Géry. Là où Les gourmands à Blaregnies, le Japonais Kamo à Bruxelles et 't Korennaer à Nieuwkerken-Waas descendent de 16 à 15,5/20.

Du côté des disparitions du guide, on note celle du Délice du jour à Gerpinnes (le chef Fabrizzio Chirico travaille désormais à La Table de la Manufacture urbaine à Charleroi), du Fou est Belge à Heure, de Table d'amis à Courtrai et bien entendu du Hertog Jan près de Bruges. Autrefois classé à 19/20 et détenteur de trois-étoiles au Michelin, le restaurant de Gert De Mangeleer (photo) fermera ses portes le 22 décembre prochain. Le Michelin lui aura-t-il trouvé un successeur, histoire que la Belgique ne soit pas réduite à une seule table triplement étoilée? Réponse dans 15 jours...

© H.H.

Les chefs à suivre

Chaque année, le guide jaune est également à la recherche des jeunes chefs de l'année dans chaque région du pays. A Bruxelles, c'est Maxime Maziers qui s'impose, ayant parfaitement réussi sa reprise du mythique restaurant Bruneau à Ganshoren, où il perpétue les grandes recettes de l'ancien chef trois-étoiles Jean-Pierre Bruneau, qui fut longtemps son mentor.

En Wallonie, c'est du côté de Liège que cela se passe, à Comblain-au-Pont, où Maxime Zimmer a su séduire les inspecteurs du Gault&Millau dans son restaurant Un Max de goût. En Flandre, c'est Thijs Vervloet, du restaurant Colette à Westerlo qui tire son épingle du jeu, grimpant au passage de 15 à 16/20, pour s'imposer comme l'une des tables avec lesquelles il faudra désormais compter en Belgique.

Comme chaque année, le Gault&Millau a également décerné trois prix "plaisir" à des tables proposant un bon rapport qualité-prix. A Bruxelles, c'est le très chouette Tournant qui est élu, une jeune table dynamique de la chaussée d'Ixelles près de la Porte de Namur. En Flandre, Le 54 s'impose à Tongres, tandis qu'en Wallonie, c'est un Namurois qui est salué, Charles-Edouard Jeandrain, qui a repris le restaurant familial de ses parents, le Biétrumé Picar , qu'il a transformé en Attablez-vous. Soit un restaurant agréable proposant de jolies assiettes soignées et un service aux petits soins (photo).

© H.H.

Les restos en mode POP

Inaugurée l"année, la catégorie POP récompense quelque 250 petits adresses sympas, en version snacks soignés ou bons petits restos. A Bruxelles, c'est un snack syrien dont on a beaucoup parlé à côté de la place Flagey, qui décroche le prix POP bruxellois: l'excellent My Tannour, imaginé par le jeune Georges Baghdi Sar. D'origine libano-syrienne, il propose ici d'excellentes pitas, dont le pain est cuit dans des fours à bois Tandour (photo).

Le Prix POP en Wallonie est quant à lui remis au Samëlla, un petit resto d'inspiration hispanique à Visé, tandis qu'à Genk, c'est un Italien, Peppe's, qui décroche le prix POP Flandre.

© H.H.

Les meilleurs bars à cocktails et chocolatiers

Cette année, le guide a encore raffiné son classement, les restaurants étant notés au demi-point à partir de 13/20.

Enfin, dans son édition 2019, le Gault&Millau propose une liste des 73 meilleurs chocolatiers de Belgique et du Luxembourg (déjà dévoilée il y a quelques jours à Wieze), ainsi qu'une sélection de 26 bars à cocktails. Les trois bars récompensés sont le superbe mais très décevant La Pharmacie anglaise à Bruxelles, le génial Botanical by Alfonse à Namur (photo) et le très bon BarBurbure à Anvers.

© H.H.


Les récompensés cette année

Hôte de l'année: Fabrice D’Hulster (Sea Grill – Bruxelles)

Italien de l’année: François Piscitello (La Villa des Bégards - Embourg)

Asiatique de l’année: Bún Bar & Restaurant (Anvers)

Terrasse de l’année: Bachtekerke (Bachte-Maria-Leerne)

Sommelier de l'année: Yanick Dehandschutter (Sir Kwinten – Lennik)

Dessert de l'année: Martijn Defauw (Rebelle - Marke)

Brasserie de l'année: Brasserie Julie (Sint-Martens-Bodegem)

Gastro-bistro de l’année: Veranda (Anvers)

Artisan cuisinier de l’année: Luc Broutard (La Table du Boucher – Mons)

Chef-légumes de l'année: Nicolas Decloedt (humus x hortense – Bruxelles)

Nouveauté remarquable de l’année: Souvenir (Gand)

Carte des vins de l'année: Au Gré du Vent (Seneffe)

Carte des bières de l'année: De Gebrande Winning (Saint-Trond)

Le prix-plaisir de l’année: Le 54 (Tongres), Le Tournant (Bruxelles) et Attablez-Vous (Namur)

Les 3 découvertes de l’année: La Canne en Ville (Bruxelles), Le Vieux Château (Flobecq) et ViEr (Courtrai).

© IPM Graphics

Envie de lecture?